Rechercher

Tsahal et la police interceptent un trafic d’armes à feu à la frontière jordanienne

Les officiers ont arrêté deux hommes à la suite d'une "enquête sous couverture" ; la police affirme que cette opération est le 8e trafic d'armes déjoué depuis le début de l'année

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Armes saisies par les forces de sécurité près de Neve Ur, dans le nord d'Israël, après une contrebande présumée d'armes à feu à la frontière jordanienne, le 8 juillet 2022. (Crédit: Police israélienne)
Armes saisies par les forces de sécurité près de Neve Ur, dans le nord d'Israël, après une contrebande présumée d'armes à feu à la frontière jordanienne, le 8 juillet 2022. (Crédit: Police israélienne)

Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté deux hommes dans le nord d’Israël tôt vendredi matin, soupçonnés de faire de la contrebande d’armes à feu depuis la Jordanie, confisquant une douzaine d’armes de poing.

Selon la police et l’armée israélienne, les deux hommes d’une trentaine d’années originaires de villages bédouins de la région de Tel Arad ont été arrêtés après une brève poursuite près de la ville de Neve Ur en possession de douze pistolets.

La police a déclaré qu’elle suivait les deux hommes depuis un certain temps dans le cadre d’une « enquête sous couverture » sur les tentatives de contrebande dans la région. L’arrestation de vendredi est le fruit d’un effort conjoint de plusieurs unités policières et militaires opérant dans la région.

Les responsables des forces de l’ordre ont précédemment indiqué que les armes à feu introduites en contrebande depuis la Jordanie étaient souvent vendues à des Arabes israéliens, à des fins criminelles et terroristes.

Ces derniers mois, l’armée et la police ont intensifié leurs efforts pour mettre fin aux tentatives de contrebande le long de la frontière jordanienne.

Contrairement aux autres frontières d’Israël – avec l’Égypte, le Liban et la Syrie – la frontière avec la Jordanie est largement ouverte, souvent sans clôture importante, et relativement peu surveillée, ce qui en fait un canal facile pour la contrebande à grande échelle.

Vue de la frontière entre Israël et la Jordanie, dans la vallée du Jourdain, en Cisjordanie, le 17 juin 2020. (Crédit : Yaniv Nadav/Flash90)

Le commissaire Ronen Kalfon, commandant de l’unité de police anti-contrebande Magen, a déclaré que l’opération de vendredi était la huitième contrebande qu’elle avait déjouée cette année, avec un total de plus de 150 armes saisies.

« Il s’agit d’une véritable course aux armements et nous travaillons sans relâche pour relever ce défi », a déclaré Kalfon.

La police a déclaré qu’elle et l’armée « continueront à travailler pour maintenir la sécurité d’Israël, et pour empêcher la contrebande d’armes qui renforcent la criminalité dans le Néguev et les attaques terroristes en Judée et Samarie, portant atteinte à la vie civile ».

Les autorités ont de plus en plus cherché à réprimer la prolifération des armes illégales dans la communauté arabe israélienne, qui ont été utilisées pour commettre un nombre record de meurtres ces dernières années.

Selon Abraham Initiatives, un groupe non gouvernemental qui fait campagne contre la violence au sein de la communauté arabe, au moins 52 Arabes et Palestiniens ont été tués depuis le début de l’année dans des circonstances liées à la violence ou à la criminalité en Israël, principalement dans des fusillades.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...