Tsahal frappe le Hamas suite aux attaques de ballons incendiaires
Rechercher

Tsahal frappe le Hamas suite aux attaques de ballons incendiaires

Les attaques ont lieu quelques heures après l'arrivée de l'envoyé du Qatar, muni de 30 millions de dollars en espèces, afin d'apaiser les tensions entre Israël et le Hamas

Explosion causée par les missiles du système de défense aérienne Dôme de fer interceptant des roquettes tirées depuis Gaza dimanche 23 février 2020. (AP Photo/Khalil Hamra)
Explosion causée par les missiles du système de défense aérienne Dôme de fer interceptant des roquettes tirées depuis Gaza dimanche 23 février 2020. (AP Photo/Khalil Hamra)

Des avions et des tanks israéliens ont attaqué des cibles du Hamas dans le sud de Gaza ce mercredi, après que les terroristes de Gaza ont envoyé des dizaines de ballons incendiaires vers Israël, déclenchant plusieurs incendies.

L’armée israélienne a déclaré avoir ciblé des postes militaires et des infrastructures souterraines du Hamas en réponse à ces attaques de ballons incendiaires qui ont provoqué 29 incendies mardi.

La plupart d’entre eux étaient concentrés dans les conseils régionaux de Sha’ar Hanegev, Eshkol et Merhavim. Dans tous ces cas, les enquêteurs des services d’incendie ont déterminé que la cause était des ballons incendiaires lancés depuis Gaza.

Plus tard dans la soirée, un engin explosif attaché à un ballon a explosé à l’intérieur d’un terrain de basket dans la ville de Netivot, causant des dommages matériels.

Les 29 incendies provoqués par des attaques de ballons incendiaires dans le sud d’Israël mardi ont été suivis de 36 incendies lundi, 28 dimanche et de 35 la veille, selon les pompiers.

Les frappes sont survenues quelques heures après l’arrivée d’un envoyé qatari dans la bande de Gaza, muni de 30 millions de dollars en espèces, cherchant à apaiser les tensions entre Israël et le Hamas ayant conduit à des attaques quotidiennes de ballons et de roquettes incendiaires contre Israël et à des frappes de représailles de Tsahal.

Mohammed el-Emadi est arrivé avec 30 millions de dollars pour aider le territoire de deux millions d’âmes, dont la moitié vivent sous le seuil de pauvreté, ont déclaré à l’AFP des sources proches de l’envoyé.

Il devait rencontrer des responsables du Hamas dans la soirée.

Son arrivée survient un jour après que le quotidien arabophone Asharq al-Awsat, basé à Londres, a rapporté que le chef du commandement sud de Tsahal, le major général Herzi Halevi, s’est rendu au Qatar cette semaine pour tenter d’obtenir un accord de cessez-le-feu avec le groupe terroriste du Hamas.

Le Hamas est soumis à une pression internationale de la part du Qatar, de l’Égypte et de l’envoyé des Nations unies Nickolay Mladenov pour l’inciter à mettre fin à ses attaques, ainsi qu’à celle de la population de Gaza, qui ne reçoit que trois à quatre heures d’électricité par jour après s’être habituée au triple. Les pénuries d’électricité résultent de l’arrêt par Israël des importations de carburant en réponse à la violence, qui a conduit à la fermeture d’une centrale électrique à Gaza.

La montée de la violence le long de la frontière serait liée aux demandes d’augmentation des transferts d’argent du Qatar vers la bande de Gaza, où environ 60 % de la population est au chômage.

Ces derniers jours, Tsahal a riposté à des dizaines de ballons incendiaires quotidiens et à des tirs de roquettes intermittents par des frappes de représailles quasi nocturnes sur des cibles du Hamas dans la bande de Gaza, notamment des infrastructures souterraines, des installations de production d’armes, des cimenteries utilisées pour fabriquer des pièces pour les tunnels et des postes d’observation le long de la frontière.

Lundi, un haut responsable du Hamas a déclaré à la chaîne Palestine Today, favorable au Hamas, que la montée de la violence se poursuivrait jusqu’à ce que les exigences du groupe terroriste concernant la levée du blocus soient satisfaites.

« C’est notre droit de briser ce siège », a déclaré Ismaïl Radwan.

Israël et l’Egypte ont maintenu un blocus sur Gaza depuis que le Hamas a évincé l’Autorité palestinienne en 2007. Le blocus est destiné à empêcher le Hamas d’importer des armes pour attaquer Israël, ainsi que du matériel utilisé pour construire des fortifications et des tunnels souterrains. Israël resserre aussi fréquemment les restrictions sur la bande de Gaza pour faire pression sur le Hamas ou en réponse à la violence qui en découle.

Un soldat israélien éteint un incendie près du kibboutz sud de Nir Am, apparemment causé par un engin incendiaire lancé depuis la bande de Gaza, le 23 août 2020. (Menahem Kahana/AFP)

Israël a fermé son seul point de passage commercial dans la bande de Gaza, ne laissant passer que de la nourriture, des médicaments et de l’aide humanitaire. Israël a également fermé la zone de pêche autour de l’enclave côtière.

Selon des sources de la délégation qatarie, la partie israélienne aurait dit à El-Emadi qu’elle était prête à permettre à la centrale électrique de se ravitailler et à assouplir les restrictions en échange d’un retour au calme et de la fin des attaques des ballons incendiaires.

Lundi, une coalition de groupes terroristes basés à Gaza a menacé d’attaquer les forces israéliennes si l’interdiction de la pêche – une industrie importante dans la bande de Gaza – se poursuivait.

« Nous ne permettrons pas à l’ennemi de se comporter atrocement envers les pêcheurs de notre peuple, d’empiéter sur leurs moyens de subsistance et de les voler. Nous les défendrons et travaillerons pour les protéger, » a déclaré la Salle des opérations conjointes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...