Tsahal frappe une installation du Hamas à Gaza en riposte à un tir
Rechercher

Tsahal frappe une installation du Hamas à Gaza en riposte à un tir

Un avion israélien a ciblé une position du Hamas à Gaza en riposte à un tir ayant visé le territoire de l'Etat juif

Une frappe aérienne israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 novembre 2019. (Abed Rahim Khatib / Flash90)
Une frappe aérienne israélien à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 novembre 2019. (Abed Rahim Khatib / Flash90)

Tsahal a déclaré avoir effectué des frappes aériennes contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza avant le lever du jour samedi matin. Ces frappes ont été menées en réaction à des tirs ayant visé Israël depuis la bande de Gaza vendredi. Des sirènes avaient été déclenchées.

« Il y a peu de temps, des avions de Tsahal ont attaqué des cibles appartenant à l’organisation terroriste du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, dont des installations militaires, a déclaré l’armée dans un communiqué. L’attaque a été menée en réponse à des tirs menés depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien plus tôt dans la nuit ».

« Tsahal considère avec gravité n’importe quel tir effectué vers le territoire israélien, et continuera à prendre toute mesure nécessaire contre des tentatives visant à nuire à des civils israéliens, pouvait-on lire dans le communiqué. L’organisation terroriste du Hamas est responsable de toute action à l’intérieur et en provenance de la bande de Gaza. Elle portera les conséquences de tout acte terroriste visant des civils israéliens ».

L’armée avait auparavant évoqué l’attaque comme « un tir qui n’était pas une roquette ». Le tir n’avait pas fait de blessé ni de dégâts. Tsahal n’avait pas donné plus de détails. Le tir a déclenché les sirènes dans la zone d’Ashkelon, située au nord de Gaza. Des missiles d’interceptions du Dôme de Fer ont été tirés, mais ils n’ont rien intercepté.

Plus tôt vendredi soir, un avion a attaqué une cible du Hamas dans le nord de Gaza en réponse à une attaque de roquette qui a également déclenché des alarmes en Israël. L’armée a déclaré que la roquette avait explosé dans un terrain vague du territoire israélien. Il n’y a pas eu de blessés ou de dégâts dans l’attaque.

Ces incidents ont eu lieu après qu’un adolescent palestinien aurait été tué par des soldats israéliens lors de manifestations à proximité de la frontière entre Gaza et Israël.

Le ministère de la Santé de Gaza tenu par le Hamas a rapporté que le jeune Fahed al-Astal, âgé de 16 ans, avait été touché au ventre et que cinq autres personnes avaient été blessées. Aucune manifestation officielle n’a eu lieu vendredi. Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que certains manifestants s’étaient approchés de la barrière de sécurité pour tenter de la saboter. Les soldats israéliens ont répondu avec des armes non létales, mais aussi des balles réelles.

Mardi, des terroristes ont tiré deux roquettes dans le sud d’Israël alors que les Palestiniens marquaient un « jour de colère » en réaction à la récente décision des Etats-Unis de soutenir les implantations israéliennes. Un des projectiles a été abattu par le Dôme de Fer. Le deuxième projectile aurait frappé un terrain vague dans la région de Shaar Hanegev du sud d’Israël.

Tsahal a mené des frappes aériennes sur des cibles du Hamas en riposte.

Un jour plus tôt, un obus de mortier de Gaza est tombé dans le sud d’Israël.

Pour la troisième semaine d’affilée, les responsables du Hamas à Gaza ont annulé les manifestations régulières du vendredi de la « Marche du Retour » par crainte d’instabilité. Cette décision est intervenue après deux jours d’affrontements intenses entre Israël et le plus petit groupe du Jihad islamique palestinien.

Selon la chaîne publique Kan, les organisateurs ont insisté pour dire que l’annulation de la manifestation de cette semaine « n’a rien à voir avec l’accord récent passé avec Israël ». La mesure aurait été prise pour protéger les manifestants palestiniens des soldats israéliens à la frontière.

L’affrontement a commencé plus tôt ce mois après que Tsahal a tué Baha Abu al-Ata, un haut responsable du Jihad islamique.

Lors de l’escalade des tensions, les brigades Al-Quds, le bras armé du Jihad islamique, ont tiré environ 450 roquettes et obus de mortier sur Israël, qui a riposté avec des frappes sur Gaza.

Les brigades Izz ad-Din al-Qassam du groupe terroriste du Hamas, contrairement aux précédents affrontements, ne se seraient pas impliquées dans l’affrontement.

Trois Israéliens ont été blessés par un tir de roquette lors de l’affrontement. Des dizaines de civils israéliens ont été blessées en tombant alors qu’ils couraient aux abris anti-bombe.

Des sources palestiniennes ont fait savoir que 34 Gazaouis avaient été tués. Israël a affirmé que 25 des victimes étaient des terroristes. Des responsables d’organisations de droits de l’homme ont déclaré que 16 civils étaient parmi les morts.

En outre, les brigades Al-Quds ont déclaré vendredi qu’un de leurs membres avait succombé aux blessures subies lors d’une frappe israélienne au cours des derniers affrontements. Le groupe terroriste a dit qu’il s’agissait de Raed al-Sarsawi, âgé de 30 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...