Tsahal : Le médiateur publie son rapport annuel sur les plaintes des soldats
Rechercher

Tsahal : Le médiateur publie son rapport annuel sur les plaintes des soldats

Le fonctionnaire du ministère de la Défense fait état de problèmes d'abus et de négligence et décrit le comportement de l'armée en pleine pandémie

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens portant des masques de protection marchent dans la rue Jaffa à Jérusalem, le 23 juin 2020. (Nati Shohat/Flash90)
Des soldats israéliens portant des masques de protection marchent dans la rue Jaffa à Jérusalem, le 23 juin 2020. (Nati Shohat/Flash90)

Le médiateur militaire a publié son rapport annuel sur les plaintes des soldats mercredi, détaillant les plaintes des troupes pour abus, négligence et incompétence des commandants envers leurs subordonnés en 2020, y compris de nombreux cas liés à la réponse de l’armée israélienne à la pandémie de coronavirus.

Selon son bureau, le médiateur par intérim, le général de brigade (rés.) Eitan Dahan, connu officiellement comme le responsable des plaintes au sein du ministère de la Défense, a reçu 5 706 plaintes de soldats ou de leurs parents au cours de l’année 2020, soit une légère diminution par rapport à l’année précédente, où plus de 6 000 plaintes avaient été déposées. Le bureau du Dahan a examiné chacune des affaires, et a constaté que la majorité des plaintes – 61 % – étaient légitimes, tandis que les autres étaient jugées fausses ou futiles.

Le rapport de M. Dahan a été présenté au ministre de la Défense Benny Gantz, à la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset et aux officiers supérieurs de l’armée israélienne. Il s’agira probablement du dernier rapport publié par Dahan, qui sert de médiateur par intérim depuis 2018, après que Gantz a nommé la générale de brigade (rés) Rachel Tevet-Wiesel pour le remplacer dans ce rôle sur une base permanente. Tevet-Wiesel doit encore être formellement approuvée par la Knesset.

Le rapport du médiateur est préparé chaque année, sur la base de plaintes écrites, qui sont ensuite étudiées au moyen d’entretiens et d’examens de rapports militaires internes, afin d’identifier les tendances à la fois inquiétantes et positives au sein de Tsahal.

Comme chaque année, les plaintes portaient sur des cas de violences physiques et verbales, des soldats ne recevant pas de soins médicaux appropriés, des inefficacités bureaucratiques et de mauvaises conditions. L’année dernière, cependant, une section a été consacrée à la réponse de l’armée au coronavirus.

Le médiateur par intérim de Tsahal, le général de brigade (rés.) Eitan Dahan, (à gauche), remet au ministre de la Défense Benny Gantz son rapport annuel sur les plaintes officielles des soldats pour 2020 en février 2021. (Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

« Lorsque les soldats de Tsahal s’engagent, nous ne pouvons pas leur promettre que leur vie ne sera pas en danger ou que leur service les passionnera. Mais nous devons leur promettre un traitement équitable et des soins médicaux appropriés. Je suis sûr que Tsahal peut apprendre beaucoup de ce rapport, et je salue les améliorations qui ont été apportées sur la question des soins médicaux pour les soldats en ce qui concerne le coronavirus », a déclaré M. Gantz.

Bien que M. Dahan ait reconnu la difficulté de faire face à une pandémie, il a déclaré qu’il y avait de nombreux cas où les commandants de l’armée israélienne ne fournissaient pas aux troupes les informations et les soins nécessaires pour assurer leur sécurité et le bon fonctionnement de l’armée.

« Au cours de l’année écoulée, j’ai constaté qu’en plus de la préparation impressionnante et dynamique dont Tsahal a fait preuve pour faire face aux nombreux changements que cette période a entraînés, des lacunes sont apparues dans la gestion des conditions médicales et autres : des lacunes dans l’envoi de messages et d’ordres sur le terrain, au manque de traitement des commandants sur les sites des épidémies, aux retards dans la fourniture de soins militaires aux soldats soupçonnés d’être malades, ou d’avoir besoin d’une quarantaine ou d’être éloignés de leurs unités, en passant par l’absence d’exécution des ordres nécessaires et la négation des droits économiques et sociaux des militaires », a écrit M. Dahan.

Le rapport a recensé des cas démontrant ces problèmes, dont un dans lequel un soldat qui faisait partie d’un groupe à haut risque pour la maladie et qui devait être renvoyé chez lui n’a pas été informé de ce fait pendant plusieurs semaines.

Dahan a déclaré que lui et son personnel ont également reçu de multiples plaintes de soldats qui ont été mis en quarantaine sur leurs bases dans de mauvaises conditions de vie ou d’une manière qui rendait les infections plus – plutôt que moins – probables.

Certains soldats ont également eu des difficultés à se faire tester pour le coronavirus, même lorsqu’ils présentaient des symptômes de la maladie, ou ont reçu des ordres contradictoires concernant la quarantaine à domicile.

Photo d’illustration – les soldats dans un laboratoire de testage des militaires au coronavirus, le 23 mars 2020 (Crédit : Armée israélienne)

Dans une déclaration, l’armée a reconnu les problèmes, disant qu’elle était en train d’améliorer son action.

« La crise du coronavirus, à laquelle le monde entier est confronté, a entraîné de nouvelles difficultés et de nouveaux défis pour l’armée israélienne. Tsahal apprend et se développe constamment afin de fournir des solutions appropriées à tous ses membres », a déclaré l’armée.

Négligence et abus

Le rapport de M. Dahan a également mis l’accent sur les problèmes des militaires en général, dont la plupart se poursuivent année après année. Il s’agit notamment des violences verbales et physiques, ainsi que des soins médicaux tardifs ou insuffisants qui ne sont pas liés à la crise COVID-19.

« Parfois, les soldats ont été soumis à des retards d’accès ou se sont vus refuser l’accès à un médecin ou à des professionnels de la santé mentale. On demandait aux soldats d’effectuer certaines actions malgré une exemption médicale ou on leur demandait de retourner à leur unité contre les recommandations de leur médecin », a écrit Dahan.

Dans un cas d’abus, les commandants d’un soldat l’ont traité à plusieurs reprises de « pleurnichard » et de « poule mouillée » devant ses camarades alors qu’il souffrait.

Lorsqu’il a reçu la permission de rester dans sa chambre pour se reposer, ses commandants ont refusé que d’autres soldats lui apportent de la nourriture. Lorsqu’il a été hospitalisé pour ses douleurs, ses commandants l’ont d’abord ignoré, ne vérifiant pas comment il allait, et lorsqu’ils lui ont rendu visite, ils ont violé sa vie privée en lisant et en photographiant des documents médicaux à côté de son lit.

Dans ce cas, le médiateur a fait mettre des censures dans les dossiers personnels des commandants et a demandé aux commandants de bataillon et de brigade d’instituer des changements pour prévenir de telles situations à l’avenir, selon le rapport.

Dans un autre cas de tentative d’abus, un commandant a lancé un marteau sur un de ses subordonnés parce que le soldat fumait une cigarette, ce qui dérangeait l’officier. Le marteau a manqué le militaire, qui a atterri au sol.

Le général Eitan Dahan (rés.), médiateur de l’armée israélienne, tient son rapport annuel en février 2020. (Tal Oz / Ministère de la Défense)

Dans un autre cas, un soldat et son commandant se sont disputés et ont commencé à se lancer des objets. Le commandant a dit au soldat de s’arrêter et a ponctué l’ordre en lui lançant un couteau, qui a heurté le mur.

« L’armée israélienne doit agir pour éliminer la tache de violence en son sein, même si elle est rare, pour adopter une position dure face à la violence et pour donner aux commandants de l’armée les outils dont ils ont besoin pour faire face aux défis de commandement auxquels ils sont confrontés, » a déclaré M. Dahan.

Dahan a imputé cette violence au fait que les commandants n’avaient pas les connaissances et les « outils » nécessaires pour savoir comment gérer calmement les situations difficiles

Tsahal a déclaré qu’elle n’acceptait aucune forme de violence, mais surtout pas la violence des commandants contre leurs subordonnés.

Dans sa déclaration, l’armée israélienne a remercié M. Dahan et son équipe, en disant qu’elle allait examiner le document et en tirer des leçons afin de « contribuer à améliorer la réponse donnée aux membres des services de l’armée israélienne, individuellement et de manière systématique ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...