Twitter bannit définitivement Wiley pour antisémitisme après de dures critiques
Rechercher

Twitter bannit définitivement Wiley pour antisémitisme après de dures critiques

Le rappeur britannique a été supprimé de la plateforme après une tirade anti-juive sur les médias sociaux ; l'entreprise s'excuse de ne pas avoir agi plus tôt

L'artiste de musique grime Wiley lors d'un événement à Londres, le 18 octobre 2017. (Ian West/PA via AP)
L'artiste de musique grime Wiley lors d'un événement à Londres, le 18 octobre 2017. (Ian West/PA via AP)

Mercredi, Twitter a suspendu définitivement l’influent rappeur britannique Wiley après qu’il a publié une série de commentaires antisémites sur la plateforme, et d’autres médias sociaux, la semaine dernière.

La compagnie avait essuyé des tirs nourris, en particulier de la part de Juifs britanniques, pour n’avoir pas pris de mesures rapides et décisives contre le musicien.

Twitter a déclaré qu’il avait mené une enquête et déterminé que les tweets de Wiley violaient sa politique contre les comportements à caractère haineux.

Dans un communiqué, Twitter s’est excusé de ne pas avoir agi plus tôt et a promis de prendre position contre l’antisémitisme à l’avenir.

« Soyons clairs : les comportements haineux n’ont absolument pas leur place sur notre messagerie et nous condamnons fermement l’antisémitisme », a déclaré un porte-parole de Twitter au Times of Israel. « Nous sommes désolés de ne pas avoir agi plus rapidement et nous continuons à évaluer la situation en interne. »

« Nous respectons profondément les préoccupations partagées par la communauté juive et les défenseurs de la sécurité en ligne, et nous continuerons à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement, les ONG, les partenaires de la société civile et nos pairs du secteur pour lutter contre l’antisémitisme sur Twitter », indique le communiqué.

Auparavant, Twitter avait temporairement interdit l’accès à Wiley, dont le nom est Richard Kylea Cowie, et a laissé ses autres tweets visibles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...