Rechercher

Ukraine/Bennett : Israël doit préserver ses intérêts et apporter son aide

Le Premier ministre a évoqué les discussions entre Téhéran et les puissances mondiales sur l'accord sur le nucléaire iranien, affirmant que "le moment de vérité" approche

Le Premier ministre Naftali Bennett en date du 1er mars 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)
Le Premier ministre Naftali Bennett en date du 1er mars 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Le Premier ministre Naftali Bennet a déclaré mardi qu’Israël avait fait en sorte, dès le début de l’invasion russe de l’Ukraine, d’apporter son aide quand le pays le pouvait tout en protégeant ses intérêts.

« A quelques heures de vol d’ici, à Kiev, l’ordre mondial subit un énorme bouleversement. L’État d’Israël a opté pour une ligne à la fois modérée et responsable dès le commencement – ce qui nous permet non seulement de préserver nos intérêts mais également d’aider. D’être l’un des rares [pays] à être en mesure de communiquer directement avec les deux parties, en apportant une assistance quand c’est nécessaire. Et nous aidons discrètement », a-t-il déclaré lors d’un discours prononcé au siège du Mossad.

Bennett a noté que plus tôt mardi, Israël « a envoyé trois avions remplis d’aide humanitaire, principalement des médicaments, et nous en enverrons davantage, si nécessaire. Nous nous préparons également à fournir une aide humanitaire sur le terrain et, bien sûr, à faciliter l’immigration des Juifs, de tous les endroits concernés. »

Jérusalem entretient des relations amicales tant avec Kiev qu’avec Moscou, et marche sur une corde raide diplomatique entre les deux pays dans le cadre de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Bennett s’est entretenu avec les deux présidents et a proposé de servir de médiateur dans la crise.

La présence des forces russes en Syrie exige d’Israël de se coordonner avec Moscou quand l’armée mène des opérations contre des cibles liées à l’Iran dans ce pays. L’État juif entretient aussi des liens étroits avec l’Ukraine.

Bennett a aussi évoqué les discussions entre l’Iran et les puissances mondiales sur l’accord sur le programme nucléaire de la République islamique, disant que « nous nous approchons du moment de vérité – c’est la dernière ligne droite ».

Bennett a fait référence aux clauses d’expiration de l’accord potentiel qui, selon le Premier ministre, permettront à l’Iran d’installer et d’exploiter des centrifugeuses avancées dans deux ans et demi.

« Nous ne sommes pas partie de l’accord et nous ne sommes très certainement pas redevables à cette date qui permettra à l’Iran d’assembler des centrifugeuses avancées innombrables dans deux ans et demi’, a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...