Un agent de sécurité à Shaare Zedek : un patient palestinien « n’a qu’à mourir »
Rechercher

Un agent de sécurité à Shaare Zedek : un patient palestinien « n’a qu’à mourir »

La Dixième chaîne a rapporté que des équipes d’ambulanciers du Croissant rouge se sont plaintes des mesures de sécurité qui leur sont imposées à Shaare Zedek

Des secouristes du Croissant rouge palestinien. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Des secouristes du Croissant rouge palestinien. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

La Dixième chaîne a rapporté mercredi que les ambulances du Croissant Rouge palestinien se trouvent parfois retardées par des gardes de sécurité quand elles essaient d’entrer dans le Centre médical Shaare Zedek de Jérusalem avec des patients un état d’urgence.

Dans un récent incident diffusé par le réseau ce soir, on peut voir une ambulance du Croissant Rouge qui arrive à l’entrée de l’hôpital. Un membre du personnel de l’ambulance dit à un agent de sécurité que Nur a-Din Sanduka, un résident de Jérusalem est âgé de 13 ans, souffrait d’une blessure grave à la tête.

Dans un enregistrement de l’échange, on peut entendre la responsable de la sécurité critiquer l’agent de sécurité en lui demander : « Pourquoi tu laisses passer le Croissant Rouge ? »

L’agent de sécurité répond qu’un urgentiste lui « a dit [que Sanduka] va mourir ».

La responsable lui a alors répondu : « Il n’a qu’à mourir. La sécurité. »

Le reportage a rappelé que des équipes d’ambulanciers du Croissant rouge se sont déjà plaintes, dans le passé, des mesures de sécurité à Shaare Zedek. Il y a même eu des critiques de la part du ministère de la Santé sur des retards.

Dans un communiqué à la Dixième chaîne, l’hôpital reconnaît l’incident, le condamne et déclare que la responsable de la sécurité a été démise de ses fonctions.

« L’ambulance [transportant Sanduka] n’a pas été retardée et a pu entrer immédiatement », a noté l’hôpital. « Shaare Tedek condamne le commentaire [de la responsable] de la sécurité. C’était une contractuelle et non pas une employée de l’hôpital. Elle a été retirée de son poste. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...