Un Arabe israélien accusé d’avoir espionné pour le compte du Hamas
Rechercher

Un Arabe israélien accusé d’avoir espionné pour le compte du Hamas

Le Shin Bet affirme que Mohammad Abu Adra, qui était autorisé à voyager entre Israël et Gaza pour des raisons familiales, transmettait des informations sensibles depuis 18 mois

Mohammad Abu Adra (Crédit : Shin Bet)
Mohammad Abu Adra (Crédit : Shin Bet)

Un civil israélien a été inculpé vendredi car accusé d’être un agent du groupe terroriste du Hamas opérant en Israël. Il aurait transmis à l’organisation des informations, notamment sur l’emplacement des batteries de défense antimissile du Dôme de Fer.

Mohammad Abu Adra, 43 ans, a été arrêté le 3 février à la suite d’une enquête de la police et des services de sécurité du Shin Bet.

Abu Adra est le fils d’un père bédouin israélien et d’une mère originaire de Gaza. Sa femme est également originaire de Gaza. En raison de son statut spécial, il était autorisé à voyager régulièrement entre la bande de Gaza et la ville israélienne de Rehovot.

Le Hamas aurait recruté Abu Adra il y a environ 18 mois pour cette raison – sa possibilité de se déplacer –, a déclaré le Shin Bet. Abu Adra opérait au sein du territoire israélien, entretenant des contacts clandestins avec l’organisation terroriste à laquelle il transmettait les informations qu’il avait recueillies.

La nature des informations qu’il a fournies au Hamas n’a pas été révélée, en dehors de l’emplacement des sites du Dôme de Fer.

Le système de défense antimissile du Dôme de Fer lance un missile intercepteur vers une cible pendant un exercice réalisé au début de l’année 2021. (Crédit : Ministère de la Défense)

Il a été inculpé vendredi par le tribunal du district de Beer Sheva pour atteinte à la sécurité du pays, appartenance à une organisation terroriste, trahison et transmission d’informations à l’ennemi.

Un communiqué du Shin Bet affirme que le Hamas « travaille sans cesse à recruter des citoyens israéliens dans le but de recueillir des renseignements et organiser des attaques terroristes en Israël ».

Une source de l’agence de sécurité a déclaré qu’il s’agissait d’un nouvel exemple sur la manière dont le Hamas utilisait des personnes autorisées à voyager en Israël et à Gaza. Ainsi ils participent « à la déstabilisation de la région, alors que des efforts sont en cours pour parvenir à un accord [à long terme] entre les deux parties ».

Un cas identique avait été signalé par le Shin Bet en janvier 2020, concernant deux citoyens israéliens depuis arrêtés, qui se sont servis de leur droit à se déplacer entre Gaza et Israël pour fournir au groupe terroriste des détails sur les installations de sécurité israéliennes et d’autres informations.

Des Palestiniens se préparant à passer d’Israël dans la bande de Gaza au passage d’Erez, le 3 septembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Selon le Shin Bet, Rami Amoudi, 30 ans, et Rajab Daka, 34 ans, avaient été recrutés par le groupe terroriste basé à Gaza en octobre 2019. Ils devaient filmer les installations de sécurité dans le centre d’Israël, notamment « les bases militaires, les postes de police et l’emplacement des batteries de Dôme de Fer ».

Le Shin Bet a aussi déclaré que Daka devait transmettre les emplacements précis où les roquettes lancées depuis Gaza avaient atterri afin de fournir au groupe terroriste des détails leur permettant d’améliorer la précision de leurs tirs.

En novembre, un citoyen israélien a été condamné à sept ans de prison après avoir été reconnu coupable d’avoir dirigé un réseau de contrebande transfrontalier qui a transféré des milliers de tonnes de béton, de tuyauterie, de métaux et d’équipements électroniques depuis Israël au Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...