Un autre ambassadeur recevrait “une approbation accélérée”, promet le Brésil
Rechercher
Exclusif

Un autre ambassadeur recevrait “une approbation accélérée”, promet le Brésil

Brasilia jure de rejeter publiquement l’ancien leader des implantations Danny Dayan si Jérusalem insiste pour sa nomination ; Dayan commence les cours d’ambassadeur

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Dani Dayan participe à un panel de discussion à la Conférence sur la démocratie d'Israël à Tel-Aviv, le 17 février 2015 (Crédit : Amir Levy / Flash90)
Dani Dayan participe à un panel de discussion à la Conférence sur la démocratie d'Israël à Tel-Aviv, le 17 février 2015 (Crédit : Amir Levy / Flash90)

Persistant dans son refus d’accepter Danny Dayan comme le nouvel ambassadeur d’Israël, le Brésil espère obtenir d’Israël le retrait de sa candidature et la nomination d’un autre envoyé, qui serait approuvé exceptionnellement rapidement, a appris le Times of Israel.

Si Jérusalem annule la nomination de l’ancien leader des résidents juifs des implantations et appointe quelqu’un d’autre, il ou elle obtiendrait « une acceptation très accélérée », a déclaré une source haut placée au Brésil. Brasilia récompenserait également Israël pour le retrait de la nomination de Dayan en publiant un communiqué saluant les bonnes relations bilatérales des deux pays.

Pour l’instant, le Brésil promet de rester silencieux sur la nomination de Dayan tant que Jérusalem en fait de même.

Le gouvernement de Brasilia espère toujours qu’Israël comprenne que l’échec de la réponse à la demande de Jérusalem de fournir à Dayan ses lettres de créance diplomatiques signifie qu’il refuse de l’accepter et souhaite qu’Israël nomine sereinement quelqu’un d’autre.

Si, cependant, Israël pressait publiquement Brasilia de confirmer la nomination – comme la ministre déléguée aux Affaires Etrangères Tzipi Hotovely a annoncé qu’elle le ferait la semaine dernière – le Brésil n’hésitera pas à annoncer publiquement qu’il n’autorisera pas Dayan à servir en tant qu’ambassadeur d’Israël, à cause de ses positions dirigeantes passées dans le mouvement des implantations, a déclaré la source.

Des dirigeants importants de la communauté juive du Brésil ont récemment discuté avec des fonctionnaires gouvernementaux brésiliens et ont tenté d’arbitrer entre les deux pays. Il y a environ 120 000 juifs au Brésil.

La présidente du Brésil Dilma Rousseff  (Crédit photo: EVARISTO SA / AFP)
La présidente du Brésil Dilma Rousseff (Crédit photo: EVARISTO SA / AFP)

Dimanche, le président de la confédération juive du Brésil, Fernando Lottenberg, a rencontré un haut-fonctionnaire du ministère des Affaires Etrangères du pays. Pendant la conversation, les deux parties se sont mises d’accord pour travailler ensemble pour trouver un moyen de mettre fin à la querelle diplomatique amicalement et préserver les bonnes relations bilatérales. Le fonctionnaire gouvernemental a affirmé une fois de plus que le Brésil n’accepterait pas la nomination de Dayan, et que cette décision était soutenue par la présidente Dilma Roussef.

Lottenberg et le fonctionnaire brésilien se sont accordés sur la meilleure voie, qui serait d’approcher le ministère des Affaires étrangères d’Israël et de leur demander de convaincre Dayan de retirer sa candidature, et de nommer quelqu’un d’autre pour le poste d’ambassadeur, selon la source.

Cette personne devrait être acceptée « en quelques jours ou semaines » et pourrait permettre « un nouveau départ » entre l’Etat juif et le plus grand pays d’Amérique du Sud.

« La communauté juive brésilienne est engagée à aider pour essayer de trouver une solution, a déclaré Lottenberg au Times of Israel. Nous discutons intensivement avec les deux ministères des Affaires Etrangères et avec d’autres parties pour essayer d’aider, comme le congrès juif mondial, le comité juif américain, et d’autres amis. »

La querelle actuelle autour de Dayan, ancien chef du conseil Yesha, un large groupe de défense des implantations juives, est à peine « un sujet diplomatique » et n’a rien à voir avec l’antisémitisme ou le mouvement de boycott anti-Israël, a déclaré Lottenberg.

« Avec de l’espoir, nous pourrons résoudre cette situation regrettable et trouver une solution qui peut être mutuellement bénéfique. La chose la plus importante est la relation entre les deux pays et nous espérons qu’elle pourra s’améliorer dès que nous aurons surmonté ce sujet. »

Dayan a refusé d’être interviewé pour cet article. Alors qu’il semble improbable qu’il devienne ambassadeur au Brésil, il reste prêt à une carrière diplomatique. Dimanche, il a commencé le cours du ministère des Affaires Etrangères pour les dirigeants des missions diplomatiques.

Réalisant que le Brésil n’acceptera pas Dayan, de haut-fonctionnaires du ministère ont commencé à chercher des moyens de sortie de l’impasse diplomatique, certains recommandant qu’il soit appointé ambassadeur dans un autre pays. Son nom est à présent mentionné comme prochain consul général d’Israël à Los Angeles ou à New York.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...