Un avion d’Israir retenu à Lisbonne en raison d’une dette
Rechercher

Un avion d’Israir retenu à Lisbonne en raison d’une dette

Le PDG qualifie de drastique la mesure d'EuroAtlantic Airways, puisque le différend se joue encore devant les tribunaux

Un avion d'Israir. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Un avion d'Israir. Illustration. (Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Un avion de la compagnie Israir a été saisi lundi à Lisbonne pour une dette de deux millions d’euros prétendument due par l’entreprise à EuroAtlantic Airways, un transporteur portugais.

Des dizaines de passagers israéliens de la compagnie aérienne ont été bloqués à Lisbonne après que leur vol de retour pour Tel-Aviv a été annulé, selon le site Ynet. Une information de source portugaise a indiqué que l’avion avait atterri à Lisbonne, lundi à 10h30, avec à son bord des passagers israéliens et devait retourner en Israël le jour même.

Le président de la société basée à Lisbonne a confirmé que l’avion était retenu au Portugal pour une dette pour laquelle Israir été condamnée sept ans auparavant.

« Malgré le verdict, ils n’ont pas payé, et par conséquent nous avons fait saisir l’appareil », a déclaré Tomaz Metello, le président de la société. Les informations precisent que l’avion était un Airbus A320 qui avait atterri à Lisbonne en provenance d’Israël.

« C’est une histoire qui a commencé il y a près de huit ans, quand nous avions loué un avion d’EuroAtlantic Airways pour des vols à destination des États-Unis », a dit Uri Sirkis, le PDG de Israir au site Ynet. « Après un mois nous leur avons rendu l’avion pour différentes raisons. »

Il a dit qu’EuroAtlantic a porté l’affaire devant les tribunaux et fait appel devant la Cour suprême portugaise, qui a statué en décembre qu’Israir devait payer des dommages d’un montant de 2 millions de dollars.

« La procédure judiciaire est en cours et nous avons donc été très surpris de voir qu’EuroAtlantic a décidé de prendre une telle mesure drastique et de retenir l’avion. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...