Un Brésilien de 79 ans participe à un camp d’été juif
Rechercher

Un Brésilien de 79 ans participe à un camp d’été juif

Benedito Araujo de Souza s'est converti au judaïsme en 2016 et a profité de l'opportunité pour célébrer son identité

Benedito Araujo de Souza, à droite, arrivant au Yeshiva Camp à Aquiraz au Brésil le 2 janvier 2020. (Synagoga Sem Froteiras)
Benedito Araujo de Souza, à droite, arrivant au Yeshiva Camp à Aquiraz au Brésil le 2 janvier 2020. (Synagoga Sem Froteiras)

JTA — Au Brésil, un camp d’été juif a annoncé avoir accueilli son participant le plus âgé : un homme de 79 ans qui s’est converti au judaïsme en 2016.

Benedito Araujo de Souza, également connu comme Seu Baruch, a fait 1 300 kilomètres depuis son domicile à Belo Jardim pour participer à la 6e année du Camp Yeshiva, qui a eu lieu dans l’enclave côtière d’Aquiraz près de Fortaleza.

Le camp d’été, qui est normalement destiné aux enfants dont les familles ont caché pendant des siècles leurs racines juives, a ouvert plus tôt ce mois-ci pour coïncider avec la saison des fêtes d’été au Brésil.

Le camp est destiné aux Bnei Anusim, un terme hébreu désignant les personnes descendantes de familles juives qui ont été forcées à se convertir. Chaque année, le camp accueille plusieurs dizaines de participants, principalement des adolescents. Si l’âge de Baruch est inhabituel, son profil correspond à celui des participants : sa famille a immigré au Brésil depuis le Portugal au Moyen-Âge.

Baruch et sa compagne, Luzia Francisca de Souza, ont roulé pendant 14 heures pour y arriver. « Il n’y a pas beaucoup d’occasions pour partager son identité juive, alors nous sommes venus », a déclaré Baruch, qui fêtera ses 80 ans en septembre.

Chaque participant paie environ 30 dollars pour un séjour de plus d’une semaine. C’est un sacrifice important pour les participants, qui viennent souvent de familles pauvres, mais cela ne couvre qu’une partie du coût réel de l’organisation du camp, a déclaré Gilberto Venture, le rabbin de la congrégation Synagoga Sem Fronteiras, qui a fondé le camp avec sa femme Jacqueline.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...