Un candidat palestinien à la mairie de Jérusalem
Rechercher

Un candidat palestinien à la mairie de Jérusalem

Aziz Abu Sarah va faire un recours devant la Cour Suprême pour changer les conditions préalables afin de présenter sa candidature sans avoir la citoyenneté israélienne

Aziz Abu Sarah (YouTube)
Aziz Abu Sarah (YouTube)

Un activiste et éducateur palestinien de Jérusalem Est veut se présenter à la mairie aux prochaines élections municipales prévues fin octobre, même si la loi israélienne lui interdit de se présenter.

Aziz Abu Sarah est à la tête d’une liste appelée Al-Quds Lana (Jérusalem est à nous, en arabe). Il lui faudra tout d’abord déposer un recours devant la Cour Suprême pour modifier une loi stipulant que les candidats aux élections municipales doivent être de citoyenneté israélienne.

« Nous sommes 180 000 personnes qui ont le droit de vote, nous n’avons donc pas à rester sur la touche », a déclaré Abu Sarah à Haaretz dans un entretien publié mercredi.

« J’imagine que si cela se produisait, [le Premier ministre Benjamin Netanyahu] inventerait toutes sortes de lois pour l’en empêcher, a-t-il déclaré. De cette manière, les gens qui pensent que le status quo à Jérusalem peut continuer ainsi comprendront que ce n’est pas possible ».

Mais Abu Sarah considère que sa candidature aux élections d’automne est plus qu’une simple tentative visant à changer le status quo dans la ville ; cela fait « partie de la lutte nationale palestinienne », a déclaré l’activiste de gauche Gershon Baskin, son collaborateur.

Historiquement, la plupart des Palestiniens de Jérusalem Est ont boycotté les élections municipales parce qu’ils y voient une reconnaissance de la souveraineté d’Israël. Lors des dernières élections municipales à Jérusalem en 2013, moins de 1 % des Palestiniens de Jérusalem Est ont voté, selon l’ONG Jérusalem Terrestre.

Jérusalem Est souffre d’une extrême pauvreté, d’un déficit d’environ 2 000 salles de classe, d’un manque de permis de construire des maisons, de services sanitaires inadaptés et de nombreux autres problèmes.

Selon Abu Sarah, il est impossible de distinguer l’état de délabrement de l’infrastructure et des services à Jérusalem Est de l’identité palestinienne de ses résidents.

« La raison pour laquelle nous sommes négligés n’est pas que le ministère des Finances ne transfère pas d’argent, c’est parce que nous sommes palestiniens, a-t-il déclaré. Notre identité en tant que Palestiniens est très importante, et nous n’allons pas l’abandonner ».

De nombreux habitants de Jérusalem Est sont des résidents permanents autorisés à participer aux élections locales, mais ils n’ont pas la citoyenneté israélienne et ne peuvent donc pas voter aux élections législatives à la Knesset.

Selon l’ONG Jérusalem Terrestre, alors que les résidents palestiniens de la partie est de la ville représentent 37 % de la population de la ville, soit environ 327 000 personnes, sur 882 700 habitants, la municipalité y investit seulement 10 à 12 % de son budget.

Depuis qu’Israël a capturé Jérusalem Est après la Guerre des Six Jours en 1967 et revendiqué sa souveraineté, l’État juif a officiellement offert aux résidents vivant dans la zone la possibilité de demander la citoyenneté israélienne.

Très peu de personnes ont fait la demande. Au cours des dernières années, on a assisté à une forte hausse du nombre d’habitants de Jérusalem Est cherchant à obtenir la citoyenneté israélienne, mais la majorité des demandes doivent être encore traitées.

Une classe d’enfants palestiniens à l’école Salem, à Jérusalem Est, le 6 décembre 2017. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Si le recours d’Abu Sarah était accepté, il serait opposé au ministre des Affaires de Jérusalem Zeev Elkin (Likud), à l’adjoint de l’actuel maire Moshe Lion, à l’ancienne adjointe du maire de Jérusalem et actuelle députée Rachel Azaria (Koulanou), au député de l’Union sioniste Nachman Shai, à l’activiste et conseiller politique Ofer Berkovich, à l’activiste de droite et conseiller municipal de Jérusalem Aryeh King, et au maire-adjoint ultra-orthodoxe Yossi Deitch.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...