Rechercher

Un chirurgien israélien reçoit une 4e dose – une première mondiale

Le professeur Jacob Lavee de l'hôpital Sheba mène une étude déterminante sur la nécessité d'un autre rappel dans la lutte contre le virus

Le professeur Jacov Lavee reçoit une quatrième dose de vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 à l'hôpital Sheba de Ramat Gan, le 27 décembre 2021. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Le professeur Jacov Lavee reçoit une quatrième dose de vaccin Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 à l'hôpital Sheba de Ramat Gan, le 27 décembre 2021. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

Un médecin spécialisé dans les chirurgies cardiaques serait apparemment devenu le tout premier homme en bonne santé à recevoir une 4e dose de vaccin dans le monde – une dose qui lui a été administrée lundi dans le cadre d’une étude historique lancées par l’hôpital Sheba pour examiner l’efficacité d’un deuxième rappel.

« J’ai accepté de me faire encore vacciner de tout mon cœur, vraiment de tout mon cœur, et ce, pour deux raisons – la première, c’est de me protéger », a commenté le professeur Jacob (Jay) Lavee auprès des médias israéliens. « Et la deuxième, qui n’est pas moins importante : parce que je veux éviter de transmettre la maladie à nos patients ».

Lavee a été le premier à recevoir l’injection sur environ 150 employés du secteur de la santé, sans comorbidités, qui travaillent dans cet hôpital situé aux abords de Tel Aviv et qui participent à l’étude.

« Je suis le premier en Israël », a-t-il déclaré, tout en notant que certaines personnes immunodéprimées avaient déjà bénéficié d’une quatrième dose dans certains pays. Il a ajouté qu’il était par ailleurs possible que d’autres aient réussi à obtenir un rappel supplémentaire de manière illégale.

Les employés qui reçoivent cette quatrième dose avaient également été parmi les premiers à recevoir la troisième et ils affichaient un niveau d’anticorps inférieur à ceux de leurs collègues. Ils vont recevoir le vaccin Pfizer/BioNTech, qui est celui utilisé au sein de l’État juif.

Lavee a souligné qu’il était important que les employés du secteur de la santé montrent l’exemple.

Un employé de l’hôpital Sheba reçoit une quatrième dose du vaccin Pfizer-BioNTech à Ramat Gan, en Israël, le 27 décembre 2021. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

« Je pense qu’il est d’une grande importance que notre équipe médicale ne soit pas un vecteur de la maladie et c’est la raison pour laquelle une quatrième dose s’avère déterminante », a expliqué Lavee, qui dirige l’unité de transplantation cardiaque. « N’ayons pas peur du vaccin. Il est efficace, c’est notre engagement pour l’avenir. Allons nous faire vacciner ».

Lavee a indiqué qu’il n’avait pas eu d’effet secondaire immédiat après l’injection et il a répété que les études menées dans le monde entier, au sein de l’État juif comme à Sheba avaient conclu de manière répétée que le vaccin était sûr.

La professeure Gili Regev-Yochay, qui travaille à l’hôpital Sheba et qui tient un rôle important dans l’étude, a estimé que l’administration de cette quatrième dose était « un moment excitant ».

« Cette étude va examiner les effets de la quatrième dose au niveau des anticorps, au niveau de la prévention des contaminations et au niveau de la sécurité », a expliqué Regev-Yochay.

« Elle devrait mettre en lumière les bénéfices apportés par la quatrième dose et nous permettre de comprendre si nous devons en administrer une et à qui », a-t-elle ajouté.

« Il y a encore de nombreuses questions en suspens et il est donc important de réaliser cette étude avec beaucoup de sérieux », a-t-elle continué. « Il est possible que nous ayons atteint une forme de plafond et qu’une quatrième dose n’apporte pas grand-chose de plus. C’est ce que nous sommes en train de contrôler. Dans quelques jours, nous saurons si ce nouveau rappel et sûr et s’il est efficace ».

Elle a fait remarquer que cette dose supplémentaire pourrait être plus appropriée pour les personnes dont le système immunitaire est défaillant. Les participants à l’étude seront surveillés pendant six mois.

L’hôpital Sheba, qui se situe à proximité de Tel Aviv, avait fait savoir dimanche que 6 000 personnes recevraient une quatrième dose de vaccin dans le cadre de cette étude. Les résultats initiaux devraient être rendus publics dans environ deux semaines.

Cette étude, qui est la première en son genre dans le monde, est menée conjointement avec le ministère de la Santé et elle a été approuvée par le panel gouvernemental en charge des essais cliniques sur les êtres humains.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...