Un chirurgien suédois accusé de harceler ses employés juifs
Rechercher

Un chirurgien suédois accusé de harceler ses employés juifs

Le centre Simon Wiesenthal affirme que l'hôpital universitaire Karolinska, près de Stockholm, qui remet le prix Nobel de médecine, a été incapable de réagir face aux plaintes

Le nouvel hôpital universitaire Karolinska Solna en construction au mois de décembre 2016 (Crédit : Wikipedia / Holger Ellgaard / CC BY-SA)
Le nouvel hôpital universitaire Karolinska Solna en construction au mois de décembre 2016 (Crédit : Wikipedia / Holger Ellgaard / CC BY-SA)

Un important médecin de l’université suédoise qui remet le prix Nobel de médecine est accusé d’avoir harcelé impunément des employés juifs.

Le centre Simon Wiesenthal a relayé cette accusation contre le chirurgien dans une lettre envoyée le mois dernier par son doyen, le rabbin Abraham Cooper, à l’hôpital universitaire Karolinska, situé à proximité de Stockholm, a fait savoir le quotidien Aftonbladet mercredi.

Les services de l’administration de Karolinska avaient connaissance de « l’antisémitisme manifeste et non-dissimulé » du médecin envers au moins une de ses employés juifs depuis le mois février, mais les plaintes ont été « ignorées », a écrit Cooper dans la lettre qui a été obtenue par JTA. Au moins deux autres employés, juifs eux aussi, avaient déjà quitté le service dans le passé avant l’arrivée de la personne citée par le centre centre Simon Wiesenthal, a affirmé Cooper.

Annika Tibell, directrice de l’hôpital, a déclaré à Aftonbladet que l’institution prône »une tolérance zéro pour tous les types de harcèlements et autres traitements agressifs ». Elle a aussi précisé que les « mesures appropriées en termes d’enquête » étaient prises alors que « le malentendu ne cesse d’augmenter ». Selon Aftonbladet, Karolinska a lancé une enquête interne et a demandé à une commission extérieure de réexaminer les plaintes.

Mais Cooper a dit à JTA qu’il avait « zéro confiance ou presque » dans la gestion des plaintes par l’hôpital. « Ils ont commencé à recevoir des plaintes il y a des mois et il ne s’est rien passé. Ils ne sont pas transparents à l’heure actuelle sur les mesures prises ».

L’article paru dans Aftonbladet n’est pas entré dans les détails du harcèlement. Cooper a précisé ne pas pouvoir raconter ce qui s’était passé, soucieux de protéger l’identité de la victime présumée qui souhaite conserver l’anonymat.

Svante Weyler, président du comité contre l’antisémitisme suédois, a déclaré que le médecin accusé d’avoir harcelé son employé juif avait posté des textes antisémites sur Facebook.

« Cecimontre une évaluation du personnage extrêmement mauvaise, car ces publications sont manifestement antisémites. Et si elles entrent dans le cadre d’un contexte plus large, alors c’est un problème », a-t-il dit à Aftonbladet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...