Un chrétien ne peut être antisémite, dit le pape François
Rechercher

Un chrétien ne peut être antisémite, dit le pape François

Après la tuerie perpétrée à la synagogue de Pittsburgh tuant 11 juifs, le Saint-siège a déclaré à des Juifs en visite que l'antisémitisme est contradictoire avec la foi catholique

Le pape François participe à une messe en plein air au parc Santakos à Kaunas le 23 septembre 2018, lors de sa tournée en Lituanie et dans d'autres pays baltes. (Crédit : AFP / Vincenzo PINTO)
Le pape François participe à une messe en plein air au parc Santakos à Kaunas le 23 septembre 2018, lors de sa tournée en Lituanie et dans d'autres pays baltes. (Crédit : AFP / Vincenzo PINTO)

Le pape François a condamné les attaques antisémites dans leur ensemble, faisant remarquer qu’un « chrétien ne peut être antisémite » au cours d’une audience accordée à des émissaires juifs dans la journée de lundi.

Le pape a reçu pour la première fois quatre délégués du Congrès mondial des Juifs des montagnes (établie dans le Caucase depuis une quinzaine de siècles) au Vatican.

Deux semaines après la tuerie à Pittsburgh qui a fait onze morts dans une synagogue, le pape François a déclaré au cours de sa rencontre avec les émissaires des Juifs des montagnes, les descendants des Juifs ayant quitté la Perse antique pour s’installer dans le Caucase : « Malheureusement, les attitudes antisémites sont également présentes à notre époque ».

« Un chrétien ne peut être antisémite : Nous partageons les mêmes racines. Cela viendrait en contradiction avec la foi et avec la vie. Nous sommes appelés à nous engager de manière à garantir que l’antisémitisme sera éradiqué de la communauté humaine », a-t-il ajouté.

Vingt-quatre heures après l’attaque de Pittsburgh, le chef de l’église catholique avait expliqué dans ses prières hebdomadaires que « chacun d’entre nous a été blessé par cet acte inhumain de violence ».

Le pape né en Argentine, de son vrai nom Jorge Bergoglio et qui a été archevêque de Buenos Aires, était un proche des victimes de l’attentat terroriste qui avait visé le centre AMIA dans sa ville d’origine.

François a également affirmé aux Juifs des montagnes : « j’ai toujours souligné l’importance de l’amitié entre Juifs et catholiques. Elle se base sur la fraternité enracinée dans l’histoire du Salut et elle trouve une expression concrète dans l’intérêt que nous portons les uns aux autres. Avec vous, je voudrais offrir mes remerciements à celui qui est à l’origine de tous les dons pour la bénédiction que représente notre amitié, qui justifie notre dialogue mutuel et lui donne son élan ».

Il a terminé son allocution avec un « Shalom aleichem ! » [la paix sur vous]

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...