Un citoyen arabe de Haïfa abattu à son domicile
Rechercher

Un citoyen arabe de Haïfa abattu à son domicile

Muhammed Faiz Dhiab, 57 ans, père de trois enfants, est le 66e Arabe israélien tué cette année

Muhammed Faiz Dhiab. (Crédit : autorisation)
Muhammed Faiz Dhiab. (Crédit : autorisation)

Un homme de 57 ans a été tué lorsque des tireurs inconnus ont ouvert le feu sur son domicile dans la ville de Haïfa, dans le nord du pays, tôt mardi matin, a indiqué la police.

Des témoins oculaires ont déclaré que les assaillants inconnus ont frappé à la porte du domicile de Muhammed Faiz Dhiab, et comme il n’a pas ouvert, ils ont ouvert le feu dans la maison, a rapporté le site d’information Ynet. Mais d’autres informations indiquent qu’il avait ouvert la porte pour se rendre au travail et qu’il a ensuite été abattu.

Dhiab, père de trois enfants, aurait travaillé comme chauffeur de camion.

Il a été déclaré mort par les médecins arrivés sur les lieux tôt mardi matin.

« C’était un homme bon et un père de famille », a déclaré un voisin à Ynet.

Il « n’était en conflit avec personne », a déclaré l’un des proches de Dhiab au site d’information.

La police a ouvert une enquête sur le meurtre et examine un lien possible entre l’incident et une voiture incendiée trouvée dans un autre quartier de la ville peu de temps après.

Le véhicule en feu a été éteint après avoir été localisé dans un champ ouvert près d’un cimetière dans le quartier de Neve David, ont déclaré les services de secours et d’incendie israéliens.

Un véhicule en feu a été retrouvé dans un champ ouvert près d’un cimetière dans le quartier de Neve David, à Haïfa, le 31 août 2021. (Crédit : Services d’incendie et de secours israéliens)

La mort de Dhiab est le 66e meurtre d’un Israélien arabe cette année, selon l’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives. Les villes arabes ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, le crime organisé étant considéré comme le principal moteur. Douze autres Palestiniens ont été tués dans des homicides criminels présumés à l’intérieur du territoire israélien.

En 2020, 96 Arabes israéliens ont été tués dans des violences, ce qui constitue de loin le bilan annuel le plus lourd de mémoire récente.

Les Arabes israéliens accusent la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre les puissantes organisations criminelles et ignore largement la violence, qui comprend des querelles familiales, des guerres de territoire mafieuses et des violences contre les femmes.

Le commissaire de police Kobi Shabtai a convoqué dimanche une réunion d’urgence sur la violence après que quatre Arabes israéliens ont été tués en l’espace de 48 heures.

Selon un rapport de la Knesset de 2020, quelque 400 000 armes illégales circulent en Israël, la grande majorité dans les communautés arabes.

Le mois dernier, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que la violence et la criminalité dans les communautés arabes israéliennes constituaient une « calamité nationale », alors qu’il rencontrait de hauts responsables du gouvernement et de la police pour formuler un plan national de lutte contre ce problème.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...