Un commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique tué – médias
Rechercher

Un commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique tué – médias

Selon les forces de sécurité irakiennes et des milices locales, Muslim Shahdan et 3 autres personnes sont mortes lorsque leur véhicule a été touché à la frontière syro-irakienne

Des soldats des Gardes de la Révolution iranienne défilent lors d'une parade militaire célébrant le 36ème anniversaire de l'invasion de 1980 de l'Iran par l'Irak, devant le sanctuaire de l'Ayatollah Khomeini, autour de Téhéran, en Iran, le 21 septembre 2016. 
(AP Photo/Ebrahim Noroozi, File)
Des soldats des Gardes de la Révolution iranienne défilent lors d'une parade militaire célébrant le 36ème anniversaire de l'invasion de 1980 de l'Iran par l'Irak, devant le sanctuaire de l'Ayatollah Khomeini, autour de Téhéran, en Iran, le 21 septembre 2016. (AP Photo/Ebrahim Noroozi, File)

Un haut-commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique a été tué dans une frappe de drone le long de la frontière syro-irakienne, selon une information largement relayée dans les médias arabophones lundi.

Des sources de sécurité irakiennes ont déclaré que des sources à la chaîne saoudienne Al-Arabiya qu’un drone avait tué Muslim Shahdan, un haut-commandant du Corps des Gardiens de la révolution islamique, lors d’une frappe dirigée sur sa voiture.

D’autres sources proches de services de sécurité irakiennes ont déclaré au média libanais al-Hadath que trois de ses compagnons ont également péri.

Les médias n’ont pas précisé qui était à l’origine de la frappe, survenue samedi soir ou dimanche matin.

C’est le plus récent exemple de l’escalade rapide des actions militaires de ces dernières semaines qui a vu l’assassinat d’un scientifique nucléaire iranien de haut niveau et des rapports non confirmés sur des frappes aériennes qui ont tué des combattants pro-iraniens ou des troupes iraniennes en Syrie. Ces attaques ont toutes été attribuées à Israël.

Deux responsables irakiens de la sécurité ont déclaré séparément que le véhicule de Shahdan transportait des armes et qu’il a été touché peu après avoir franchi la frontière entre l’Irak et la Syrie, selon Reuters.

Israël et les Etats-Unis ont accusé l’Iran et ses mandataires de tenter de faire passer des armes via l’Irak vers la Syrie et le Liban afin de les utiliser contre l’Etat juif.

Dimanche, le chef d’état-major israélien Aviv Kohavi a déclaré qu’Israël n’abandonnerait pas sa campagne visant à empêcher les combattants soutenus par l’Iran de s’implanter en Syrie.

La campagne consiste en des milliers de frappes aériennes sur des cibles liées à l’Iran et sur des convois d’armes présumés, selon des rapports et des témoignages de responsables s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Cependant, les prétendues frappes israéliennes sur la région frontalière entre la Syrie et l’Irak sont plus rares.

La semaine dernière, l’Iran a averti qu’il mettrait fin aux frappes israélienne en Syrie, décrites comme un « délit de fuite ».

Téhéran a formulé cette menace après une importante attaque israélienne en réponse à ce que Jérusalem a déclaré être une attaque iranienne ratée à l’explosif sur le plateau du Golan.

L’assassinat de Shahdan survient quelques jours après le meurtre de Mohsen Fakhrizadeh, père du nucléaire iranien, dans une embuscade contre son convoi à l’extérieur de Téhéran vendredi. Israël a été largement accusé d’être l’auteur de cet assassinat ciblé, bien que Jérusalem soit restée muette sur la question.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...