Un compromis pour supprimer les détecteurs de métaux sur le mont du Temple ?
Rechercher

Un compromis pour supprimer les détecteurs de métaux sur le mont du Temple ?

La solution proposée par les États-Unis permettrait aux forces de sécurité d'utiliser des détecteurs portatifs aux entrées, seulement pour les personnes suspectes

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Un fidèle musulman entre sur le mont du Temple en passant par un détecteur de métaux, le 18 juillet 2017. (Crédit : police israélienne)
Un fidèle musulman entre sur le mont du Temple en passant par un détecteur de métaux, le 18 juillet 2017. (Crédit : police israélienne)

Un compromis serait actuellement à l’étude pour enlever les détecteurs de métaux sur le mont du Temple. La solution proposée par les États-Unis permettrait aux forces de sécurité d’utiliser des détecteurs portatifs aux entrées, seulement pour les personnes suspectes.

Un compromis négocié par les États-Unis a été proposé pour mettre fin au prolongement de l’utilisation de détecteurs de métaux sur le mont du Temple à Jérusalem, mais les responsables de la sécurité israélienne n’ont pas encore accepté sa mise en œuvre.

Selon des sources palestiniennes et israéliennes, les portiques détecteur de métaux seront enlevés du lieu saint comme demandé par les responsables religieux jordaniens et palestiniens. Au lieu de cela, la police utilisera des détecteurs de métaux à main (semblables à ceux employés par les gardes de sécurité dans les centres commerciaux israéliens), mais seulement sur les individus soupçonnés de vouloir perpétrer des attaques.

Les examens des profils suspects seraient similaires à ceux pratiqués par la sécurité à l’aéroport de Ben Gurion, selon ces sources.

L’administration américaine est à l’origine de l’idée, qui a été débattue lors de pourparlers entre le cabinet du Premier ministre et les Jordaniens, selon plusieurs sources.

La solution proposée, considérée de manière positive par beaucoup de sociétés de sécurité israéliennes, aurait pour but de calmer une situation déjà tendue, exacerbée plus encore par les craintes liées aux prières du vendredi après-midi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...