Un conseiller de Netanyahu aurait enfreint sa quarantaine
Rechercher

Un conseiller de Netanyahu aurait enfreint sa quarantaine

Topaz Luk est accusé d'avoir "mis en scène" des manifestant niant le coronavirus près de la résidence du Premier ministre afin de discréditer les rassemblements

Topaz Luk, à gauche, et Ofer Golan observent une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu près de sa résidence officielle à Jérusalem le 21 septembre 2020. (Capture écran/Twitter)
Topaz Luk, à gauche, et Ofer Golan observent une manifestation contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu près de sa résidence officielle à Jérusalem le 21 septembre 2020. (Capture écran/Twitter)

Le conseiller réseaux sociaux du Premier ministre Benjamin Netanyahu a été accusé d’avoir enfreint sa quarantaine après avoir été repéré dimanche soir alors qu’il préparait une manifestation contre le Premier ministre à Jérusalem.

Topaz Luk faisait partie de la délégation israélienne qui s’est rendue à Washington la semaine dernière pour signer les accords de normalisation avec les Émirats arabes unis et le Bahreïn. Alors que les Israéliens qui reviennent de pays où le taux d’infection au coronavirus est élevé doivent entrer en quarantaine pendant 14 jours, les membres de la délégation n’ont dû s’isoler que pendant cinq jours, alors même qu’ils auraient enfreint les directives sanitaires convenues pendant le voyage.

La délégation est rentrée en Israël mercredi, et devait rester en quarantaine jusqu’à lundi après avoir subi des tests de dépistage du coronavirus dimanche soir.

Une vidéo montre Topaz Luk et Ofer Golan, le porte-parole de la famille Netanyahu, s’éloignant du rassemblement près de la résidence du Premier ministre après avoir apparemment été reconnu par un manifestant. Les mobilisations hebdomadaires, qui se tiennent normalement le samedi soir, ont attiré quelque 5 000 personnes dimanche soir, malgré un nouveau confinement national qui a débuté vendredi.

L’un des groupes à la tête des manifestations anti-Netanyahu en cours a accusé les deux hommes de venir au rassemblement pour filmer un groupe niant la réalité du coronavirus dans le cadre des efforts visant à discréditer les manifestations.

« Topaz Luk, le porte-parole du Premier ministre, a été surpris ce soir sur la place de Paris en train de violer la quarantaine, de mettre en danger la santé publique et d’organiser une manifestation contre le coronavirus pour établir une fausse campagne de dénigrement des manifestants comme étant des ‘propagateurs de maladies' », a déclaré le groupe Kumi Israel dans un communiqué.

Netanyahu et ses partisans ont affirmé que les manifestations étaient un vecteur important d’infections, bien que les responsables de la santé aient déclaré qu’aucune nouvelle contamination n’avait été retracée jusqu’à présent.

« Topaz Luk est arrivé à Jérusalem pour effectuer un test de dépistage du coronavirus conformément aux instructions qu’il a reçues du ministère de la Santé à son retour de Washington et il est ensuite rentré chez lui », a affirmé le Likud de Netanyahu dans un communiqué.

De droite à gauche, Ofer Golan, le manager de la campagne du Likud, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le conseiller numérique Topaz Luk et le porte-parole du Likud Jonatan Urich à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 20 mars 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Il a également déclaré qu’Ofer Golan n’était pas tenu d’être en quarantaine, mais n’a pas expliqué pourquoi il était avec Topaz Luk ni répondu directement aux allégations de Kumi Israël.

Malgré l’affirmation du Likud selon laquelle Topaz Luk allait passer un test COVID-19, la chaîne Kan a déclaré qu’il avait été testé à 21h30, une heure avant d’être vu avec une caméra lors de la manifestation.

Les médias ont également indiqué que le site de test se trouvait au bureau du Premier ministre, à environ 1,6 km de la place de Paris.

Les photos circulant sur les réseaux sociaux ont également montré que M. Luk filmait plusieurs manifestants sans masque.

Gonen Ben-Yitzhak, un militant de premier plan contre le Premier ministre, a déposé une plainte contre le porte-parole pour violation présumée de la quarantaine.

La manifestation de dimanche soir s’inscrivait dans le cadre des manifestations anti-Netanyahu en cours, suite à l’inculpation du Premier ministre pour corruption et pour sa gestion de la pandémie de coronavirus.

Il est accusé de fraude, d’abus de confiance et d’acceptation de pots-de-vin dans trois affaires distinctes. Son procès a commencé en juin, mais il a refusé de démissionner et nie tout acte répréhensible. De nombreux manifestants protestent également contre sa gestion de la crise du coronavirus.

Le rassemblement de dimanche était la première grande mobilisation depuis le début, vendredi, d’un confinement de trois semaines à l’échelle nationale pour endiguer la flambée de coronavirus en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...