Un débat sur l’antisémitisme pour les 120 ans de la grâce de Dreyfus
Rechercher

Un débat sur l’antisémitisme pour les 120 ans de la grâce de Dreyfus

L'évènement a réuni à Rennes Haïm Korsia, grand rabbin de France, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, et Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité

Alfred Dreyfus à Carpentras, 1899-1900. (Crédit : Collection de la famille Dreyfus)
Alfred Dreyfus à Carpentras, 1899-1900. (Crédit : Collection de la famille Dreyfus)

À l’occasion du 120e anniversaire du procès en révision du capitaine Dreyfus, tenu à Rennes du 7 août au 9 septembre 1899 et à l’issue duquel il a été gracié, une conférence était organisée dans la ville ce dimanche.

Haïm Korsia, grand rabbin de France, Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, et Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la laïcité, y participaient, a rapporté le journal Ouest-France.

Au sujet des débats : l’affaire Dreyfus et son héritage et la question de la résurgence massive de l’antisémitisme en France.

« Il n’y a pas d’ambiguïté, le procès a été clairement antisémite à son époque, a déclaré Haïm Korsia. Il s’agissait pour la République attaquée de toutes parts de se défendre en désignant le Juif, un corps étranger. Dans l’Histoire, à chaque fois que la République est en danger, nous sommes malheureusement un indicateur de l’état de l’opinion. »

« Cette affaire a été un catalyseur pour que la République et le pays des droits de l’Homme marchent enfin ensemble, a expliqué Mgr Pierre d’Ornellas. Par sa dignité, Dreyfus reste un symbole qui pourrait parler à bien des nations du monde. »

Inquiet par l’antisémitisme, Jean-Louis Bianco a lui déclaré : « On devrait être à l’abri de tels évènements aujourd’hui, mais nous sommes dans un pays profondément divisé qui a perdu ses repères. Celui qui n’est pas comme nous fait peur. Le combat contre l’antisémitisme est toujours actuel. »

En février dernier, le ministère de l’Intérieur a fait état d’une forte hausse des actes antisémites en France. 541 actes ont été recensés en 2018, contre 311 en 2017.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...