Rechercher

Un documentaire israélien cherche à comprendre le bilan des victimes de la Shoah

David Fisher, fils de survivants de la Shoah, et son très controversé "The Round Number", explorent la manière dont le nombre de victimes a été déterminé

Le réalisateur David Fisher (à gauche) s'entretient avec Gabriel Bach, juge retraité de la Cour suprême israélienne, qui a été procureur adjoint lors du procès d'Adolf Eichmann. (Crédit : Leigh Heiman)
Le réalisateur David Fisher (à gauche) s'entretient avec Gabriel Bach, juge retraité de la Cour suprême israélienne, qui a été procureur adjoint lors du procès d'Adolf Eichmann. (Crédit : Leigh Heiman)

Un nouveau documentaire du cinéaste israélien David Fisher suscite la controverse car il tente de confirmer si six millions de Juifs ont effectivement été tués pendant la Shoah.

Le film, intitulé « The Round Number »(Le Chiffre Rond), a été présenté au Festival du film de Jérusalem l’année dernière et a été diffusé dimanche soir sur la chaîne HOT8 en Israël. Le film traite du chiffre rond de six millions de Juifs tués pendant la Shoah, de la manière dont il a été établi et des raisons pour lesquelles il est devenu si intouchable, bien qu’il ne s’agisse évidemment pas d’un chiffre exact.

« The Round Number’ explore pourquoi et comment le nombre six millions a été inscrit dans le canon, et ce que sa signification peut nous apprendre sur la Shoah », selon une description du film partagée par sa société de distribution.

Dans le film, Fisher s’entretient avec un large éventail d’historiens et d’autres personnalités pour tenter de répondre à la question.

« Personne de responsable ou d’historien qui se respecte ne vous dira que six millions de [Juifs] ont été tués pendant la Shoah », déclare à Fisher Hanna Yablonka, professeure d’études sur la Shoah à l’université Ben-Gurion.

Le professeur d’Histoire Omer Bartov, quant à lui, déclare à Fisher que le chiffre final exact ne sera jamais vraiment connu. « L’une des caractéristiques du génocide est que vous ne connaîtrez jamais toutes les victimes », a déclaré Bartov.

Fisher, 65 ans, enfant de deux parents survivants de la Shoah, a produit plus d’une douzaine de films au fil des ans. Les origines de « The Round Number » peuvent être reliées à son film primé en 2011, « Six Million and One », qui retrace les expériences du père du cinéaste pendant la Shoah et le traumatisme qui est resté avec lui pour le reste de sa vie.

« Mes deux parents, qui sont des survivants de la Shoah, ont vécu leur vie comme des victimes », déclare Fisher dans la bande-annonce de « The Round Number », ajoutant : « Donc, de mon point de vue, le chiffre n’est pas six millions, mais six millions et deux. »

Fisher, qui reconnaît que le fait même de poser une telle question est controversé, a déclaré qu’il ne cherchait pas à obtenir une réponse ou un chiffre définitif.

« Je n’essayais pas de faire un comptage moi-même et je n’ai pas cherché à contacter des personnes impliquées dans le comptage », a déclaré Fisher à Haaretz dans une interview récente. Mais il a noté avoir rencontré une variété de chiffres différents de la part d’historiens et d’autres personnalités au fil des ans, suggérant que le nombre pourrait être supérieur ou inférieur à six millions.

« J’étais donc curieux de savoir d’où venait ce chiffre de six millions, et comment il est devenu si fixe et si sanctifié au point que les gens vous avertissent de le laisser tranquille. »

Image fixe du film « The Round Number » du réalisateur David Fisher. (Crédit : autorisation)

« Le nombre six millions est devenu une institution, et je voulais y planter une épingle pour essayer de comprendre d’où vient ce chiffre », a ajouté Fisher.

L’historienne de Yad Vashem Dina Porat, qui a été interviewée pour le film, a déclaré qu’il s’aventurait sur un terrain dangereux.

« Le film quittera les frontières d’Israël, il est déjà sous-titré en anglais, et c’est un problème », a déclaré Mme Porat à la Douzième chaîne, au sujet de ses inquiétudes quant au fait qu’il remette en question la mémoire et le souvenir de la Shoah. « Je suis inquiète à ce sujet ».

Fisher a déclaré à la Douzième chaîne que la nature délicate de son dernier film l’a rendu difficile à vendre aux festivals de cinéma à l’étranger.

« En Allemagne, ils m’ont dit : nous ne pouvons pas nous permettre de diffuser un tel film à notre public », a déclaré le cinéaste. « Nous avons peur que le film soit perçu comme si nous soutenions la négation de la Shoah ».

Lorsque le film est sorti en Israël l’année dernière, il a été salué pour son approche nuancée d’une idée compliquée et très controversée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...