Un exercice militaire avec des pilotes jordaniens et israéliens?
Rechercher

Un exercice militaire avec des pilotes jordaniens et israéliens?

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon a évoqué « des pilotes arabes » ayant participé à l'exercice « Red Flag » de cet été

Deux F-15 de l'armée de l'air israélienne lors d'un exercice Red Flag. Illustration. (Crédit : TSGT Kevin J. Gruenwald/USAF/Wikipedia)
Deux F-15 de l'armée de l'air israélienne lors d'un exercice Red Flag. Illustration. (Crédit : TSGT Kevin J. Gruenwald/USAF/Wikipedia)

Les pilotes d’avion de combats jordaniens se sont entraînés avec leurs homologues israéliens dans un exercice organisé par l’armée de l’air américaine cet été, a rapporté un responsable américain, dans une rare reconnaissance de la coopération militaire entre l’Etat juif et son voisin arabe de l’est.

Les propos du responsable américain, repris mardi par l’agence Reuters , ont fait alors que le ministre israélien de la Défense, Moshe Yaalon, a confirmé la coopération de manière plus vague. Yaalon a déclaré dans un discours mardi que des pilotes israéliens se sont entraînés avec des pilotes arabes – sans donner plus de précision – pendant l’exercice « Red Flag » du mois de juillet, le dernier d’une série d’exercices d’entraînement de combat organisés régulièrement par les Etats-Unis en Alaska.

L’Egypte est connue pour avoir participé à des précédents exercices « Red Flag ». La Jordanie ne l’est pas.

« Il y avait des pilotes arabes là-bas aussi et les pilotes des différentes branches de l’armée des États-Unis et d’autres pays », a déclaré Yaalon mardi.

Un fonctionnaire américain anonyme cité par Reuters a précisé que les avions de chasse jordaniens ont volé avec des jets d’Israël au cours de l’exercice et qu’ils se sont même ravitaillés à partir d’un avion de de ravitaillement israélien au dessus l’océan Atlantique.

Israël et la Jordanie ont signé un traité de paix en 1994 et entretiennent des relations sécuritaires et économiques. Mais ils ne sont pas connus avoir participé ensemble à des exercices militaires conjoints.

Même si le traité de paix n’est pas populaire parmi la population jordanienne et est régulièrement critiquée lors des flambées dans le conflit israélo-palestinien, Israël et la Jordanie ont beaucoup des préoccupations régionales communes, en particulier sur les ambitions nucléaires de l’Iran et de la menace posée par l’Etat islamique.

La divulgation de la coopération des armées de l’air israélienne et jordanienne est survenue trois jours après qu’une autre annonce la coopération rare entre l’armée israélienne et un voisin arabe: Israël a aidé samedi les autorités égyptiennes et russes à la suite de l’accident mortel d’un avion de ligne russe avec 224 personnes à bord, dans la péninsule du Sinaï.

Le porte-parole de l’armée, Peter Lerner, a déclaré que l’armée avait coorpéré avec la Russie et l’Egypte et a fourni « une surveillance aérienne dans les efforts pour localiser l’avion russe qui a perdu le contact dans la péninsule du Sinaï ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) en Jordanie avec le roi Abdallah II (Crédit : Kobi Gideon/GPO/FLASH90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) en Jordanie avec le roi Abdallah II (Crédit : Kobi Gideon/GPO/FLASH90)

L’Egypte et Israël ont signé un traité de paix en 1979.

Durant les deux dernières semaines, l’armée de l’air israélienne a accueilli le plus grand exercice aérien international jamais organisé du pays, un exercice contre un Etat ennemi fictif.

Le ministre de la Défense Moshe Yaalon (au centre), le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense,  Tzachi Hanegbi, (à droite) et le chef d'état-major de Tsahal Gadi Eisenkot assistant à une réunion du commission des Affaires étrangères et de la Défense, le 3 novembre 2015. à la Knesset à Jérusalem (Crédit : Issac Harari / Flash90)
Le ministre de la Défense Moshe Yaalon (au centre), le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, Tzachi Hanegbi, (à droite) et le chef d’état-major de Tsahal Gadi Eisenkot assistant à une réunion du commission des Affaires étrangères et de la Défense, le 3 novembre 2015. à la Knesset à Jérusalem (Crédit : Issac Harari / Flash90)

L’exercice « Blue Flag », un exercice de suivi à « Red Flag », qui devait prendre fin mardi, implique les armées de l’air israélienne, américaine, grecque et polonaise, a précisé la semaine dernière l’officier en charge de tous exercices de l’armée de l’air israélienne au Times of Israel. Un certain nombre d’autres pays, dont l’Allemagne, ont également envoyé des pilotes et des officiers pour assister àl’exercice mais n’y ont pas pris part.

« Interrogé pour savoir si la Jordanie… faisait partie des participants au Blue Flag, le porte-parole de l’armée israélienne a refusé de commenter », a indiqué mardi Reuters ajoutant que « les autorités jordanienbes ont également refusé de commenter les deux exercices ».

Des avions de combat israéliens et étrangers volent en formation au-dessus de la mer Rouge pendant l'exercice  « Blue FLag » à l'aérodrome d'Ovda près d'Eilat le 27 octobre 2015. (Crédit : armée de l'air israélienne)
Des avions de combat israéliens et étrangers volent en formation au-dessus de la mer Rouge pendant l’exercice « Blue FLag » à l’aérodrome d’Ovda près d’Eilat le 27 octobre 2015. (Crédit : armée de l’air israélienne)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...