Un fort vieux de 3 200 ans, site de batailles épiques, découvert en Israël
Rechercher

Un fort vieux de 3 200 ans, site de batailles épiques, découvert en Israël

Selon l'Autorité israélienne des antiquités, les vestiges de la citadelle égyptienne, bâtie pour repousser les Philistins, seront accessibles gratuitement

une citadelle de 3 200 ans découverte près de la rivière Guvrin et du Kibboutz Gal On, en août 2020. (Crédit : Emil Aladjem/Israel Antiquities Authority)
une citadelle de 3 200 ans découverte près de la rivière Guvrin et du Kibboutz Gal On, en août 2020. (Crédit : Emil Aladjem/Israel Antiquities Authority)

Une citadelle cananéenne de 3 200 ans, où des batailles épiques ont eu lieu à l’époque biblique, a été mise au jour près de la ville de Kiryat Gat, dans le sud d’Israël, a annoncé dimanche l’Autorité israélienne des antiquités (AIA).

Le fort du 12e siècle avant l’ère commune, situé à côté du kibboutz Gal On et de la rivière Guvrin, à quelque 70 kilomètres au sud de Jérusalem, a été construit par les Égyptiens, qui dirigeaient la région à l’époque, comme défense contre les Philistins, à une époque correspondant à celle du Livre des Juges, a fait savoir l’AIA dans un communiqué.

La citadelle a finalement été abandonnée par les Égyptiens, ce qui a entraîné la destruction de nombreuses villes cananéennes, probablement aux mains des Philistins.

Selon les archéologues de l’AIA Saar Ganor et Itamar Weissbein la structure qui a été déterrée mesure 18 mètres de long et 18 mètres de large, avec des tours de guet à chacun de ses quatre coins.

Selon eux, un énorme seuil de porte a été préservé, taillé dans un seul rocher pesant 3 tonnes.

De la poterie découverte dans une citadelle de 3 200 ans près de la rivière Guvrin et du Kibboutz Gal On, en août 2020. (Crédit : Dafna Gazit/Israel Antiquities Authority)

À l’intérieur, une cour pavée de briques et de colonnes, flanquée de pièces. Des centaines d’objets en faïence ont été découvertes dans les salles, certaines entières, dont de nombreux bols de style égyptien. Selon les archéologues, un bol et une tasse étaient probablement utilisés pour le culte.

« La citadelle que nous avons découverte offre un aperçu de la réalité géopolitique décrite dans le Livre des Juges, où les Cananéens, les Israélites et les Philistins s’affrontent », expliquent les archéologues dans la déclaration.

« À l’époque, la Terre de Canaan était gouvernée par les Égyptiens, et ses habitants étaient leurs protégés », indiquent-ils. « Mais ensuite, au cours du 12e siècle avant l’ère commune, deux acteurs centraux sont apparus dans la région : les Israélites et les Philistins. C’est ainsi qu’a commencé une série de luttes territoriales sanglantes.

« Les Israélites se sont installés dans des communautés non fortifiées sur la crête centrale des montagnes, tandis que les Philistins ont pris le pouvoir sur la côte sud de la Méditerranée », ajoutent-ils. « Tentant de conquérir plus de terres, les Philistins ont combattu les Égyptiens et les Cananéens à la frontière, qui passait probablement le long de la rivière Guvrin entre le royaume philistin de Gat et le royaume cananéen de Lachish ».

Un croquis d’une citadelle de 3 200 ans découverte près de la rivière Guvrin et du Kibboutz Gal On, en août 2020. (Dessin d’Itamar Weissbein/Israel Antiquities Authority)

« La citadelle de Gal On semble avoir été construite dans le cadre d’une tentative cananéenne-égyptienne de faire face à la nouvelle situation géopolitique ».

« La citadelle a été construite à un endroit stratégique, surplombant la route principale longeant la rivière Guvrin – une route qui reliait la côte aux basses terres de Judée ».

Selon la déclaration, des forteresses égyptiennes similaires de la même époque ont été découvertes ailleurs en Israël.

La citadelle a été mise au jour lors de fouilles menées par des écoliers de Beer Sheva, des étudiants de l’académie pré-militaire de Nahshon et de nombreux autres volontaires.

Le site sera ouvert au public lors d’une cérémonie mardi en collaboration avec le KKL-JNF. Les visites seront gratuites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...