Un fragment d’un rouleau de Torah exposé sur le site d’un pogrom polonais
Rechercher

Un fragment d’un rouleau de Torah exposé sur le site d’un pogrom polonais

Le parchemin d'avant-guerre, retrouvé sur la place du marché de Kielce après la Shoah, est une relique d'une communauté juive forte de 20 000 membres

Illustration d'un rouleau de la Torah (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Illustration d'un rouleau de la Torah (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

VARSOVIE, Pologne — Un fragment d’un rouleau de la Torah datant d’avant-guerre est retourné à Kielce, en Pologne, après deux ans de restauration. Il est exposé à l’Institut de la Culture, de la Rencontre et du Dialogue, situé sur un site lourd de sens pour les Juifs.

Ce bout de parchemin avait été retrouvé sur la place du marché de Kielce au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant de nombreuses années, il a été conservé dans les archives de la Société scientifique de Lomza, où il a été redécouvert il y a quelques années. Le parchemin était en mauvais état, couvert de poussière et de mycélium. Le musée national de Kielce s’est adonné à sa restauration ces deux dernières années.

Ce parchemin représenterait 15 % de la totalité du rouleau de Torah duquel il provient.

« Nous ne traitons pas les fragments de Torah comme des artefacts ou des souvenirs. Nous les considérons comme la relique d’une communauté juive forte de 20 000 membres qui a été assassinée. C’est pourquoi, nous voulons l’exposer dans notre Institut », a déclaré Bogdan Bialek, président de l’Association Jan Karski, dans une interview accordée au quotidien polonais principal Gazeta Wyborcza.

Kielce a été le théâtre d’un pogrom en juiller 1946, après que 200 Juifs, dont de nombreux anciens résidents de Kielce, revenus des camps de concentration nazis, d’Union soviétique et d’autres endroits où ils avaient trouvé refuge. La ville avait été vidée de ses Juifs par les Nazis pendant la Shoah.

Ce pogrom a été déclenché par la rumeur qui voulait que les résidents juifs de la ville aient kidnappé un enfant chrétien. Une foule s’en est pris à des survivants de la Shoah qui vivaient dans un immeuble de la rue Planty.

C’est précisément dans cet immeuble, où le pogrom a eu lieu, que siège l’Institut de la Culture, de la Rencontre et du Dialogue, administré par l’Association Jan Karski.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...