Rechercher

Un général iranien menace de « raser » Tel Aviv et Haïfa

Cette menace est proférée alors que Bennett a salué les succès israéliens face à l'Iran cette année, et dans un contexte de craintes de représailles de Téhéran suite à des meurtres

Le commandant des forces terrestres de l'armée iranienne, Kiumars Heydari, s'adresse à la presse sur une photo non datée. (Crédit : Capture d'écran)
Le commandant des forces terrestres de l'armée iranienne, Kiumars Heydari, s'adresse à la presse sur une photo non datée. (Crédit : Capture d'écran)

L’Iran a menacé mardi de « raser » les villes de Tel Aviv et de Haïfa.

« Pour toute erreur commise par l’ennemi, nous raserons Tel Aviv et Haïfa sur l’ordre du guide suprême », a déclaré le commandant des forces terrestres de la république islamique, Kiumars Heydari, à l’agence de presse iranienne semi-officielle Tasnim.

Cette menace a été proférée moins de vingt-quatre heures après une information transmise lundi qui a révélé que les forces de sécurité thaï avaient déjoué plusieurs tentatives d’attaques récentes contre des cibles occidentales et israéliennes dans ce pays du sud-est asiatique – qui est une destination touristique prisée par les Israéliens.

La République islamique tenterait actuellement de mener des représailles suite à plusieurs assassinats et décès mystérieux de haut-rang sur son territoire, notamment après la mort du colonel Hassan Sayyad Khodaei, haut responsable du Corps des Gardiens de la Révolution, et celle d’un célèbre scientifique.

Si les projets d’attaque en Thaïlande semblent avoir échoués, Téhéran programmerait encore des attentats contre des Israéliens sur ce territoire et ailleurs. Israël a émis de manière notable une mise en garde directe aux voyageurs, déconseillant les voyages en Turquie.

Mardi également, le Premier ministre Naftali Bennett a fait remarquer les réussites « stratégiques » sur le front iranien pendant sa première année à son poste de chef du gouvernement.

« L’année qui vient de s’écouler a été un tournant dans la stratégie israélienne contre l’Iran. Nous voyons des Iraniens courageux descendre dans les rues pour protester contre l’oppression et contre la tyrannie du régime, contre la faim, contre la corruption qui les accable. Nous nous sommes renforcés », a-t-il dit au cours d’une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense à la Knesset.

Le Premier ministre Naftali Bennett lors d’une réunion de la commission de la Défense et des Affaires étrangères à la Knesset, le 6 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/ Flash90)

« L’État d’Israël a récemment commencé à s’en prendre à la tête de la pieuvre du terrorisme et pas seulement à ses nombreuses tentacules, comme c’était le cas au cours des précédentes décennies. Les jours de l’immunité, ces jours où l’Iran frappait Israël encore et encore, où l’Iran propageait son terrorisme par le biais de ses groupes mandataires dans la région tout en restant indemne – c’est terminé », a-t-il continué.

Évoquant le programme nucléaire iranien, Bennett a estimé que Téhéran « a franchi un certain nombre de lignes rouges au cours des dernières années, », notant « l’enrichissement à 60 % de l’uranium », une phase déterminante qui a été franchie par la république islamique au mois d’avril de l’année dernière. « Israël ne peut pas accepter et n’acceptera pas une telle situation », a affirmé Bennett.

Lazar Berman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...