Un homme arrêté pour l’attaque d’une synagogue polonaise à Yom Kippour
Rechercher

Un homme arrêté pour l’attaque d’une synagogue polonaise à Yom Kippour

L’attaque est intervenue pendant les prières, personne n’a été blessé ; le suspect a été identifié grâce aux images de vidéos de sécurité

Une fenêtre cassée à la Nouvelle synagogue à  Gdansk, en Pologne, après qu'une pierre a été jetée pendant les prières de Yom Kippour le 20 septembre 2018 (Crédit :  GWŻ Gdańsk via Congrès juif mondial)
Une fenêtre cassée à la Nouvelle synagogue à Gdansk, en Pologne, après qu'une pierre a été jetée pendant les prières de Yom Kippour le 20 septembre 2018 (Crédit : GWŻ Gdańsk via Congrès juif mondial)

Un homme, qui est accusé d’avoir lancé une pierre à travers la fenêtre d’une synagogue dans la ville polonaise de Gdansk au moment de Yom Kippour, a été arrêté.

L’homme a été détenu vendredi dans la communauté de Trabki Wielkie à proximité de Gdansk, un jour après que les images de l’attaque, enregistrées par des caméras de sécurité, contre la synagogue ont été publiées. La vidéo a conduit plusieurs personnes à appeler la police.

La police de Gdansk n’a pas révélé le nom du suspect.

Personne n’a été blessé dans l’attaque contre la Nouvelle Synagogue lors de la journée la plus sainte du judaïsme.

La pierre est tombée « dans l’atrium où des femmes attendent le neilah – la dernière prière de Yom Kippour », a écrit la communauté religieuse juive de Gdansk sur sa page Facebook. « Il y avait des enfants autour. La pierre est passée à quelques centimètres d’où se trouvaient les femmes ».

Quelques jours après l’incident de Yom Kippour, la tombe d’un important rabbin hassidique du 19e et 20e siècle, Rebbe Yechiel Meir, qui avait été nommé rabbin de la ville polonaise d’Ostrowiec, a été vandalisée dans le cimetière juif de la ville.

La pierre avait récemment été érigée par les descendants de Rebbe et par des survivants juifs de la Shoah originaires de la ville, avec l’aide de « J-nérations », une organisation qui travaille à préserver les vestiges des communautés juives en Pologne et dans d’autres endroits à travers l’Europe, a annoncé Ynet.

Les fenêtres du Ohel entourant le tombeau ont été fracassées et les murs qui l’entourent ont été défoncés, a annoncé Hamodia. Des bouteilles en verre ont également été fracassées sur le site.

Le cimetière juif à Ostrowiec a été transformé en parc public, où les résidents locaux promènent leurs chiens.

La police affirme patrouiller fréquemment dans la zone, selon Ynet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...