Un homme de Haïfa suspecté d’avoir violé et tué 4 femmes
Rechercher

Un homme de Haïfa suspecté d’avoir violé et tué 4 femmes

Un mois après son arrestation, la police révèle son nom et demande au public toute information concernant Fyodor Beijanri

Fyodor Beijanri (Crédit : police israélienne)
Fyodor Beijanri (Crédit : police israélienne)

Un homme de Haïfa est suspecté d’une série de viols et de meurtres quatre femmes, a annoncé mardi la police, alors qu’elle cherche l’aide du public pour rassembler des informations à son sujet.

La police israélienne s’est tournée mardi vers la population pour obtenir de l’aide sur une enquête en cours sur Fyodor Beijanri, qui est suspecté d’avoir commis plusieurs meurtres et viols ces dernières années.

Les enquêteurs pensent que Beijanri, 26 ans, a pu violer et assassiner quatre femmes ces dernières années, et est responsable de plusieurs incendies volontaires.

Beijanri a été arrêté début mars, mais la police avait maintenu l’affaire sous un ordre de silence du tribunal.

Cependant, les officiels ont rendu public mardi le nom de Beijanri et ont demandé au public de se présenter avec toute information pertinente pour l’enquête.

Selon des rapports, Beijanri a immigré en Israël depuis la Moldavie il y a quelques années, après avoir épousé une Israélienne. Ils ont ensuite divorcé.

אנא שתפו:אנו מבקשים את עזרתכם בקבלת מידע אודות חשוד שהיה מעורב באירועי פשע חמורים, בהם עבירות מין. לפני כחודש נעצר פיו…

Posted by ‎Israel Police – משטרת ישראל‎ on Tuesday, 26 April 2016

L’enquête est menée par une unité de la police centrale avec trois autres départements de police de district.

D’autres détails de l’enquête sont toujours soumis à un ordre de silence.

Lior Ronen, l’avocat de Beijanri, a déclaré que son client démentait catégoriquement les suspicions de la police contre lui, et a dénoncé la prolongation de l’enquête par la police.

« Fyodor est un nouvel immigrant sans passé criminel, et il dément les accusations contre lui, a déclaré Ronen à la radio militaire. « Il a été détenu pendant plus de 40 jours et la police n’a pas encore présenté de preuves significatives le liant aux accusations contre lui, ce qui l’empêche de se défendre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...