Rechercher

Un homme de Jérusalem-Est poignardé à mort dans un meurtre présumé

Quatre personnes ont été arrêtées à Issawiya après le meurtre de Fadi Darwish, 27 ans ; les enquêteurs soupçonnent que l'incident est lié à un différend entre familles

La police israélienne travaillant sur le site d'un incident violent à Jérusalem-Est le 10 novembre 2021. (Police israélienne)
La police israélienne travaillant sur le site d'un incident violent à Jérusalem-Est le 10 novembre 2021. (Police israélienne)

Un homme de 27 ans a été mortellement poignardé mercredi dans le quartier d’Issawiya à Jérusalem-Est, dans ce que la police considère comme un meurtre présumé.

L’habitant d’Issawiya a été transporté à l’hôpital Hadassah du Mont Scopus, situé à proximité, où son décès a été constaté. Il a ensuite été identifié comme étant Fadi Darwish.

Un communiqué de la police a indiqué que l’homme était soupçonné d’avoir été poignardé lors d’un « incident violent » et qu’une enquête avait été ouverte sur son meurtre présumé.

La police a ensuite annoncé l’arrestation de deux adultes et de deux mineurs. Les quatre suspects vivent dans le quartier.

Selon un communiqué de la police, les enquêteurs soupçonnent que l’agression au couteau est liée à un différend qui s’est développé plus tôt entre deux familles.

La police a également déclaré que des agents effectuaient des fouilles à Issawiya et que des pierres avaient été lancées vers certains d’entre eux. Le quartier a déjà été le théâtre d’affrontements entre des résidents palestiniens et la police israélienne.

Plus tard dans la journée de mercredi, deux maisons du quartier ont été incendiées, a déclaré un porte-parole des services d’incendie et de secours. La police a déclaré que des agents se trouvaient sur les lieux de l’incendie criminel apparent, alors que les parties en conflit se jetaient des pierres, des cocktails Molotov et lançaient des feux d’artifice les unes sur les autres et sur les forces de police.

Un incendie est observé dans le quartier Issawiya de Jérusalem-Est, le 10 novembre 2021. (Capture d’écran vidéo)

L’attaque mortelle à l’arme blanche est survenue au milieu d’une vague de crimes violents dans les zones arabes israéliennes et à Jérusalem-Est, cette année étant en passe d’être la plus sanglante jamais enregistrée.

Depuis le début de l’année 2021, 106 Arabes israéliens ont été tués dans des homicides présumés, selon l’organisation à but non lucratif Abraham Initiatives. Quelque 90 d’entre eux étaient des citoyens d’Israël, et 16 autres étaient des Palestiniens, originaires de Jérusalem-Est ou résidant en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...