Un homme fort du Fatah accuse l’AP de « fascisme et corruption »
Rechercher

Un homme fort du Fatah accuse l’AP de « fascisme et corruption »

Mohammad Dahlane dit que les Palestiniens ne devraient pas blâmer uniquement Israël pour leurs "désastres", critique le Qatar concernant l'aide de Gaza "politiquement motivée"

Khaled Abu Toameh est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Mohammed Dahlan, ancien membre du Fatah en exil, assiste à une réunion du Conseil législatif palestinien à Gaza par vidéoconférence des Emirats arabes unis le 27 juillet 2017. (AFP PHOTO / SAID KHATIB)
Mohammed Dahlan, ancien membre du Fatah en exil, assiste à une réunion du Conseil législatif palestinien à Gaza par vidéoconférence des Emirats arabes unis le 27 juillet 2017. (AFP PHOTO / SAID KHATIB)

Mohammad Dahlane, le dirigeant déchu du Fatah palestinien à Gaza, a lancé lundi une attaque cinglante contre la direction de l’Autorité palestinienne, affirmant qu’elle devenait un « fardeau supplémentaire » pour le peuple.

Les Palestiniens ne devraient pas blâmer uniquement Israël pour tous leurs désastres « parce que cela nous exonère de toute responsabilité », a déclaré Dahlane.

Il a dénoncé le gouvernement de l’AP « corrompu et fasciste » d’avoir « puni » les Palestiniens dans la bande de Gaza et a appelé à la formation d’un « leadership national du salut ».

« Je peux comprendre les difficultés auxquelles sont confrontés les Palestiniens », a déclaré M. Dahlan dans une interview accordée à la chaîne de télévision égyptienne Ten. « Mais je ne peux pas comprendre que la direction palestinienne devienne un fardeau supplémentaire pour les Palestiniens ».

Le devoir du leadership palestinien est de fournir des solutions, et non des explications, a-t-il dit. « Je ne peux pas comprendre quelle est la logique morale et nationale de punir les Palestiniens dans la bande de Gaza parce qu’ils ne se sont pas révoltés contre le Hamas ».

Dahlane, qui vit en exil aux Emirats Arabes Unis depuis qu’il a été expulsé du Fatah en 2011, a qualifié la situation politique des Palestiniens de « catastrophique ».

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devant le Conseil de sécurité de l’ONU, le 20 février 2018 (Crédit : AFP Photo/Timothy A. Clary)

Il a ajouté que la direction palestinienne à Ramallah « s’appuyait sur l’attente et la préservation du statu quo ».

Il a ajouté que l’Autorité palestinienne voulait que la bande de Gaza reste « noyée dans les ténèbres et la douleur » alors que la vie dans l’enceinte présidentielle de la Muqata à Ramallah était « belle ».

Dahlane, qui a servi comme commandant de la Force de sécurité préventive de l’Autorité palestinienne dans la bande de Gaza après la signature des Accords d’Oslo, a également accusé l’AP de ruiner les relations avec le Hamas et certains pays arabes.

« Nous sommes devenus des corps paralysés à un moment où l’Occident se liguent contre nous et les Etats-Unis ont approuvé les idées du Premier ministre Benjamin Netanyahou », s’est-il plaint. « La direction palestinienne n’a pas réussi à transformer les sacrifices des Palestiniens en réalisations. »

Dahlan a affirmé que le gouvernement palestinien de Ramallah collectait 1,3 milliard de dollars d’impôts sur les habitants de la bande de Gaza. Il a dit que seul le quart de la somme était investi dans la bande de Gaza, alors que « les fonds restants allaient dans le coffre de Ramallah ».

Se référant à la lutte pour le pouvoir entre le Hamas et le Fatah, Dahlane a déclaré qu’il y avait une « sous-estimation de l’esprit des Palestiniens ».

Les différences entre les deux partis rivaux sont « insignifiantes », a-t-il ajouté. « Le Hamas a fait preuve de flexibilité dans la résolution de la crise et 11 ans de division suffisent. C’est honteux pour nous de laver notre linge sale. »

Ismail Haniyeh, leader du Hamas, prononce un discours à Gaza le 23 janvier 2018 (Mahmud Hams / AFP)

Dahlan a également critiqué l’aide financière « politiquement motivée » du Qatar à la bande de Gaza. Les Egyptiens, a-t-il dit, n’ont aucune « ambition » en Palestine, tandis que les Qataris apportent une aide financière à la bande de Gaza par ambitions politiques. Nous ne pouvons pas être achetés avec de l’argent et personne ne peut nous humilier.  »

L’apparition de Dahlan sur une chaîne de télévision égyptienne a coïncidé avec les discussions au Caire entre le Hamas et les responsables égyptiens sur les moyens de faciliter la mise en œuvre d’un accord de réconciliation palestinien conclu dans la capitale égyptienne en novembre dernier.

La délégation du Hamas, dirigée par Ismail Haniyeh, a récemment rencontré au Caire deux des principaux collaborateurs de Dahlane. Les deux parties ont discuté de la crise économique et humanitaire dans l’enclave et des moyens de mettre fin au différend entre le Hamas et la faction dirigeante du Fatah.

L’année dernière, le Hamas et Dahlane auraient conclu un accord, sous les auspices des Egyptiens, afin de permettre au leader déchu du Fatah de jouer un rôle dans les efforts de résolution de crise dans la bande de Gaza avec l’aide de l’Egypte et de certains pays arabes. Cependant, l’accord a été mis de côté après qu’Abbas, qui considère Dahlane comme une menace majeure à son régime, s’est empressé de signer l’accord de « réconciliation » avec le Hamas.

À la demande d’Abbas, le Fatah a expulsé Dahlan de ses rangs en 2011 après l’avoir accusé de corruption financière, de meurtre et de complot visant à renverser le président de l’AP. Dahlane a nié avec véhémence les accusations, accusant Abbas d’abuser de son pouvoir pour régler les comptes avec ses rivaux politiques.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...