Un homme inculpé pour profanation d’un cimetière militaire britannique à Haïfa
Rechercher

Un homme inculpé pour profanation d’un cimetière militaire britannique à Haïfa

Le suspect de 35 ans est aussi accusé d'avoir tagué des symboles nazis sur une crèche locale et un supermarché et d'avoir harcelé sexuellement des femmes officiers

Des tombes vandalisés dans un cimetière britannique à Haïfa, le 11 octobre 2019. (Commonwealth War Graves Commission)
Des tombes vandalisés dans un cimetière britannique à Haïfa, le 11 octobre 2019. (Commonwealth War Graves Commission)

Mercredi, des procureurs de la ville du nord de Haïfa ont engagé des poursuites pour crime raciste à l’encontre d’un homme accusé d’avoir dessiné des croix gammées sur les tombes d’un cimetière local de soldats britanniques de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale.

Selon les documents d’inculpation, le suspect, âgé de 35 ans et originaire du nord d’Israël, a également déraciné deux pierres tombales dans le Cimetière militaire de Haïfa et dans le cimetière Templar, situé juste à côté, lors de l’incident d’octobre 2019. Il avait aussi profané des dizaines de tombes de soldats britanniques avec le symbole nazi.

Il a ensuite été inculpé pour avoir tagué des croix gammées sur les murs d’un supermarché de Kiryat Yam, sur la crèche de Kiryat Chaim et sur une structure électrique en février.

Il est également accusé d’avoir harcelé sexuellement et menacé des officiers de police femmes dans un commissariat local.

L’identité du suspect n’a pas été révélée.

Une pierre tombale vandalisée dans un cimetière militaire britannique à Haïfa, le 11 octobre 2019. (Commonwealth War Graves Commission)

Plus de 300 soldats ayant combattu dans la région pendant la Première Guerre mondiale sont enterrés dans le cimetière. Quatre-vingt-six n’ont pas pu être identifiés. Trente-six soldats morts pendant la Deuxième Guerre mondiale y sont aussi enterrés, selon la Commonwealth War Graves Commission. La plupart des soldats sont morts dans des hôpitaux à proximité, et certains ont été tués au combat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...