Rechercher

Un incendie à la frontière israélo-jordanienne menace le gazoduc

La brigade des pompiers affirme que l'incendie au sud de la mer Morte n'est pas maîtrisé et qu'il se déplace rapidement vers Israël ; le temps sec était propice aux incendies

Un incendie à la frontière israélo-jordanienne au sud de la mer Morte, le 18 novembre 2021. (Sapeurs-pompiers/capture d'écran)
Un incendie à la frontière israélo-jordanienne au sud de la mer Morte, le 18 novembre 2021. (Sapeurs-pompiers/capture d'écran)

Un important incendie s’est déclaré jeudi matin près de la frontière israélo-jordanienne. Les autorités israéliennes ont prévenu qu’il était hors de contrôle, se propageait rapidement et menaçait un gazoduc.

Dans un communiqué, les sapeurs-pompiers israéliens ont déclaré que des équipes de pompiers luttaient contre l’incendie près du moshav Ein Tamar, au sud de la mer Morte.

« Le feu est très important et se développe du côté jordanien de la frontière, avec des vents d’est qui déplacent le brasier vers le territoire israélien », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Quatre bombardiers d’eau ont été déployés pour lutter contre l’incendie.

Les sapeurs-pompiers jordaniens opéraient également à l’intérieur de la Jordanie et se coordonnaient avec les autorités israéliennes, selon le communiqué.

« À ce stade, l’incendie menace le gazoduc local et les efforts de lutte contre le feu se concentrent sur l’arrêt de la propagation de l’incendie », a déclaré la brigade.

Il a ajouté que son personnel se coordonnait avec l’armée pour éviter les champs de mines locaux.

Les experts climatiques ont récemment prévenu que les conditions exceptionnellement chaudes et sèches de ce mois pourraient constituer des conditions idéales pour un incendie majeur.

Avec les incendies de forêt qui ont ravagé le pays ces derniers jours, les experts ont déclaré qu’Israël voyait une augmentation des tendances de sécheresse extrême, avec des conditions similaires à celles des années précédentes qui ont vu des incendies dévastateurs.

« Au cours de la semaine dernière, le pays a connu des conditions météorologiques inhabituelles – une sécheresse extrême accompagnée de vents d’est d’une intensité jamais vue depuis plusieurs années », a déclaré l’expert climatique Amir Givati de l’université de Tel Aviv au Times of Israël.

« La sécheresse extrême de la végétation, combinée à l’air sec et aux forts vents d’est soufflant sur le pays, a provoqué une vague d’incendies qui se sont rapidement propagés, ainsi qu’une brume épaisse qui a recouvert le ciel du pays », a déclaré Givati, expliquant que la brume était causée par ces mêmes vents forts transportant la poussière des déserts d’Irak et de Jordanie vers Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...