Rechercher

Un jeune Arabe israélien de 24 ans tué par une balle perdue

Issam Salti a été tué à Ilut, un village du nord du pays ; il est la 97e victime de violences au sein de la communauté arabe cette année

Asam Salati, tué par une apparente balle perdue le 9 octobre 2021. (Autorisation)
Asam Salati, tué par une apparente balle perdue le 9 octobre 2021. (Autorisation)

Un jeune homme de 24 ans a été abattu, samedi soir, à son domicile d’Ilut, un village du nord du pays. Il aurait été victime d’une balle perdue.

Issam Salti a reçu une balle pendant une querelle entre deux familles du village. Lui-même n’aurait pas été impliqué dans ce conflit.

Salti est la 97e victime d’homicide apparent au sein de la communauté arabe en 2021, selon un bilan qui a été effectué par l’organisation à but non-lucratif Abraham Initiatives. Le groupe a déclaré que 80 personnes victimes de ces violences avaient été tuées par arme à feu.

La police a indiqué dans un communiqué avoir été appelée à Ilut suite à des informations portant sur des jets de pierre dans le cadre d’un conflit opposant deux familles.

« Alors que les agents menaient une opération dans le village, des coups de feu ont été entendus provenant d’un certain nombre de directions différentes », a noté le communiqué.

La police a indiqué qu’au cours de la fusillade, un homme qui se trouvait chez lui avait été touché par une balle et évacué vers un hôpital dans un état grave. Salti a finalement succombé à ses blessures à l’hôpital Anglais de Nazareth, situé à proximité.

Les forces de l’ordre ont fait savoir que cinq personnes avaient été arrêtées, soupçonnées d’être impliquées dans les coups de feu.

Un proche dont l’identité n’a pas été dévoilée a confié au site Ynet que Salti s’était marié il y a seulement deux mois.

« Il y a environ deux mois, nous étions à son mariage et il était très heureux – nous étions tous heureux. Malheureusement, il a été victime de cette balle qui lui a pris la vie et nous, nous avons perdu un homme formidable », a-t-il déploré. « Nous n’avons pas encore bien réalisé cette catastrophe, nous sommes sous le choc – combien de temps encore vont continuer les violences et les crimes dans la communauté arabe ? »

Le proche a ajouté que tant que ces violences continueraient, tous vivraient sous la menace.

« Je ne peux pas dire que ces meurtres sont inattendus. Il est possible que je figure un jour parmi les victimes parce que cette situation nous menace tous et que toutes nos vies sont menacées », a poursuivi le proche.

Jeudi, un homme de 41 ans a été abattu dans son habitation d’Isfiya, près de Haïfa. Nael Mustafah était connu de la police et avait survécu à une tentative d’assassinat quelques mois auparavant, quand une bombe avait explosé dans sa voiture.

Nael Mustafah. (Autorisation)

Mustafah avait été arrêté en mai, soupçonné d’avoir tiré sur le domicile d’un employé municipal. Il avait ensuite été gravement blessé par l’explosion d’une bombe placée à l’intérieur de son véhicule, qui lui avait fait perdre un membre, mais il s’était finalement rétabli.

Ces dernières années, les crimes violents ont atteint un niveau sans précédent dans les communautés arabes. L’année dernière, 96 Arabes ont été tués dans des violences communautaires.

Les autorités ont promis de consacrer plus de ressources à la lutte contre la criminalité dans les quartiers arabes, après qu’une série de fusillades récentes a déclenché la campagne en ligne #Arab_Lives_Matter afin de protester contre l’inaction présumée de la police.

Selon un rapport de la Knesset de 2020, quelque 400 000 armes illégales circulent en Israël, essentiellement dans les communautés arabes.

Les responsables gouvernementaux comme les experts de la société civile attribuent ces violences à des décennies de négligence de la part de l’État. Plus de la moitié des Arabes israéliens vivent sous le seuil de pauvreté. Les villes et les villages se distinguent souvent par des infrastructures croulantes, des services publics médiocres et des opportunités d’emploi rares, ce qui conduit certains jeunes à travailler avec le crime organisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...