Un journal pro-Hezbollah se moque du ‘ministre de la Science-fiction’ israélien
Rechercher

Un journal pro-Hezbollah se moque du ‘ministre de la Science-fiction’ israélien

Ayoub Kara défend des commentaires largement ridiculisés au sujet des plans pour construire des terminators, dit qu'on le sait déjà, "en Israël et à l'étranger"

Ayoub Kara, député du Likud, avant une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 30 décembre 2015. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)
Ayoub Kara, député du Likud, avant une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 30 décembre 2015. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool)

Un quotidien libanais pro-Hezbollah a qualifié dimanche le ministre israélien Ayoub Kara de « ministre de la science-fiction », après que Kara a annoncé vendredi qu’Israël déploierait des robots terminator pour assassiner des terroristes, y compris le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, d’ici un à trois ans.

« Il semble que le ministre sans portefeuille Ayoub Kara a trouvé le portefeuille qu’il recherchait : ministre de la science-fiction pour le gouvernement israélien », a écrit Yahya Dabouq, journaliste des affaires israéliennes pour Al Ahkbar, basé à Beyrouth.

« Le but de Tel Aviv, d’assassiner son ennemi numéro un […] Hassan Nasrallah, est devenu accessible. La solution, selon Kara, est inspirée de l’acteur américain Arnold Schwarzenegger : un robot assassin », a-t-il poursuivi.

Dabouq a déclaré qu’il avait examiné la réaction des médias israéliens et l’explication des affirmations de Kara sur les futurs robots assassins et a déclaré que cela a révélé « l’une des leçons les plus importantes » – la peur des blessures et de la mort sur le champ de bataille « a été profondément sculpté dans la conscience collective israélienne, à tel point que cela encourage Tel-Aviv à recruter les cinq films de Schwarzenegger dans les rangs de l’armée israélienne ».

Dimanche, Kara, dans ce qui ressemblait à une tentative pour limiter les dégâts, a déclaré à la Deuxième chaîne : « Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de nouveau ici. Ces choses ont été rendues publiques sur chaque site d’information en Israël et à l’étranger ».

Le député Likud Ayoub Kara lors de son arrivée à une réunion du parti à la Knesset, le 18 mai 2015 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le député Likud Ayoub Kara lors de son arrivée à une réunion du parti à la Knesset, le 18 mai 2015 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Kara, un Druze israélien du côté belliciste du parti du Likud, qui a perdu deux frères pendant la guerre du Liban en 1982, a ajouté : « J’ai demandé à Shimon Peres comment pourrions-nous éviter d’envoyer des soldats à Gaza et au Liban – il savait que j’avais perdu un frère – et il a dit que nous devions accélérer le développement de robots qui pourraient remplacer les soldats des forces de défense israéliennes.

« J’ai étudié la question et j’ai constaté que ce [programme] progresse ».

Il a poursuivi: « Ce robot est plus complexe qu’un drone dont le pilote est assis à Washington alors que l’avion vole en Irak. C’est quelque chose qui peut être opéré à partir d’une frontière internationale contre des éléments ennemis. Il est naturel de penser dans une telle direction, n’importe quel leader ferait cela. »

Le système antimissile Dôme de fer (Crédit : Flash90)
Le système antimissile Dôme de fer (Crédit : Flash90)

« S’ils avaient développé le Dôme de Fer (un système antimissile israélien déployé pour la première fois contre les missiles de Gaza en 2011) avant 1982, mes frères seraient encore en vie et ma mère ne serait pas morte de chagrin », a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu’il avait voulu apporter de bonnes nouvelles aux familles israéliennes « afin qu’elles ne souffrent pas ce que j’ai souffert ». Kara a affirmé n’avoir aucun regret sur les propos tenus.

Vendredi, Kara a déclaré à l’auditoire lors d’un événement culturel dans la ville de Beer Sheva que ces robots – indestructibles parce qu’ils seraient construits avec des « matériaux spéciaux » – pourraient entrer sur le territoire ennemi et tuer les chefs de groupes terroristes qui ciblent Israël sans mettre les soldats en danger.

« Le robot qui peut éliminer Nasrallah et les chefs du Hamas est en route », a-t-il dit.

En plus de tuer les dirigeants des groupes terroristes, Kara a déclaré que les soldats robotisés seraient en mesure d’entrer dans des tunnels d’attaque tels que ceux employés par le Hamas contre Israël au cours de la guerre de Gaza de 2014, « et chasser ces rats souterrains et les éliminer. Il ne reviendra pas avant de les avoir détruits ».

Kara est habitué à la controverse.

En novembre, il a posté sur sa page Facebook des détails d’un incident lié à la sécurité impliquant Israël, dont tous les éléments sont toujours confidentiels. La publication a été rapidement supprimée, mais pas avant que les journalistes et d’autres aient vu l’information.

Un mois plus tôt, Kara a été condamné par le ministère des Affaires étrangères lorsque, durant une visite en Italie, il a suggéré que les puissants tremblements de terre dans ce pays représentaient une punition divine pour leurs actions anti-Israël aux Nations Unies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...