Un maire RN compare le « tri » des patients dans les hôpitaux aux méthodes nazies
Rechercher

Un maire RN compare le « tri » des patients dans les hôpitaux aux méthodes nazies

Jean-Yves Narquin a comparé les méthodes des nazis avec le potentiel "tri" que doivent faire certains hôpitaux, notamment en Italie, parmi les patients touchés par le coronavirus

Le message Twitter de Jean-Yves Narquin, maire RN de la commune de Villedieu-le-Château (Loir-et-Cher), comparant les méthodes des nazis à Auschwitz-Birkenau avec le potentiel « tri » que doivent faire certains hôpitaux dans le cadre de l’épidémie de coronavirus. (Crédit : Twitter)
Le message Twitter de Jean-Yves Narquin, maire RN de la commune de Villedieu-le-Château (Loir-et-Cher), comparant les méthodes des nazis à Auschwitz-Birkenau avec le potentiel « tri » que doivent faire certains hôpitaux dans le cadre de l’épidémie de coronavirus. (Crédit : Twitter)

Dimanche, le Memorial 98, collectif de lutte contre le racisme, l’antisémitisme et les négationnismes, a alerté sur Twitter au sujet d’un tweet au « négationnisme plus que nauséabond » posté par Jean-Yves Narquin, maire Rassemblement National de la commune de Villedieu-le-Château (Loir-et-Cher), qui compte environ 400 habitants.

Samedi, l’homme avait comparé les méthodes des nazis à Auschwitz-Birkenau avec le potentiel « tri » que doivent faire certains hôpitaux, notamment en Italie, parmi leurs patients, entre ceux pouvant être placés sous respirateur et ceux qui, faute d’équipement et en raison de la saturation du système de santé, ne peuvent en bénéficier.

« La dernière fois que j’avais entendu parler d’un tri entre ceux qui vivent et ceux qui vont mourir… C’était sur le site d’Auschwitz-Birkenau : la ‘rampe’ pour le tri ! », a écrit le maire RN, accompagnant son message d’une photo des voies de chemins de fer du camp d’extermination nazi situé en Pologne.

« Négationnisme plus que nauséabond d’un responsable RN qui crache sur la mémoire des Juifs exterminés à Auschwitz et agite un prétendu ‘tri’ des malades du coronavirus. Révélateur des horreurs véhiculées par l’extrême-droite », lui a répondu le Memorial 98.

Le message de Jean-Yves Narquin, « aimé » plus de 1 000 fois et partagé plus de 750 fois, a suscité de nombreuses autres réactions, de nombreux internautes condamnant – et insultant – le maire pour sa comparaison entre les personnels soignants et les nazis.

Le Rassemblement National n’a pas réagi au message de son maire et à la polémique qui a suivi.

L’an dernier, un autre message de Jean-Yves Narquin avait causé la polémique, conduisant sa sœur Roselyne Bachelot, ancienne ministre, à condamner fermement ses propos. L’homme s’en était alors pris à Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...