Rechercher

Un major de l’armée arrêté pour le viol présumé d’une soldate

La détention de l'officier a été prolongée jusqu'à mardi ; il est également visé par des accusations de harcèlement sexuel et de conduite en état d'ivresse

Un major de l'Armée israélienne. (AP Photo/David Silverman/pool)
Un major de l'Armée israélienne. (AP Photo/David Silverman/pool)

Un major de l’armée israélienne a été arrêté, soupçonné de viol sur une soldate, a déclaré Tsahal vendredi.

Interpellé jeudi, il est également suspecté d’abus sexuel, de harcèlement sexuel et de conduite en état d’ivresse.

Le viol présumé aurait eu lieu il y a environ 10 mois. D’autres détails de l’affaire sont aujourd’hui interdits de publication. Jeudi, un tribunal militaire à Jaffa a prolongé la détention de l’officier jusqu’à mardi.

La semaine dernière, deux officiers de la Marine ont démissionné de leur poste après la diffusion d’un reportage télévisé les accusant d’avoir harcelé et eu des rapports sexuels déplacés avec des subordonnées. L’un des officiers mis en cause était le général Shai Elbaz, qui servait alors comme chef de l’unité marine d’élite Shayetet 13.

Elbaz et un deuxième officier impliqué dans l’affaire ont démissionné de l’armée après le reportage de la Douzième chaîne.

Ces accusations sont intervenues deux ans après qu’Ofer Buchris, un ancien général, a plaidé coupable pour trois chefs d’inculpation. Il a reconnu avoir eu des relations sexuelles inappropriées dans le cadre d’un arrangement judiciaire en échange de l’abandon de chefs d’accusation plus graves.

Buchris, un ancien chef de la brigade d’infanterie Golani qui était perçu comme une étoile montante de Tsahal, avait été accusé de viol et d’agression sexuelle par deux femmes officiers qui servaient sous son commandement.

Il avait d’abord nié les accusations, mais avait ensuite reconnu publiquement des crimes sexuels non spécifiés et une relation sexuelle illégale dans le cadre d’un accord. Les procureurs ont accepté de ne pas demander de peines de prison dans le cadre de l’accord.

En septembre, un sous-officier d’une unité de combat a été condamné pour le viol d’une subordonnée. Eran Israel a été reconnu coupable de 15 chefs d’inculpation, dont viol, sodomie et autres actes indécents.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...