Un militaire inculpé pour avoir cassé les caméras d’un activiste italien
Rechercher

Un militaire inculpé pour avoir cassé les caméras d’un activiste italien

Le lieutenant devrait plaider coupable en échange d'une peine réduite de 22 jours d'emprisonnement

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Photo d'illustration. Un soldat israélien tente de bloquer la prise de vue d'un photographe lors de la recherche d'hommes palestiniens dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 22 juin 2017 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Photo d'illustration. Un soldat israélien tente de bloquer la prise de vue d'un photographe lors de la recherche d'hommes palestiniens dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, le 22 juin 2017 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Les procureurs militaires ont inculpé jeudi un militaire de l’armée israélienne qui avait cassé les caméras d’un activiste italien défenseur des droits de l’Homme dans la ville de Hébron, en Cisjordanie, l’année dernière, a fait savoir l’armée.

Le militaire, un lieutenant, devrait plaider coupable et écoper d’une peine de 22 jours de prison.

Cette inculpation est inhabituelle au sein de l’armée israélienne qui tente normalement d’éviter les procès pour de tels délits en les gérant comme des affaires disciplinaires plutôt que pénales.

Au mois de février 2017, ce lieutenant d’une brigade de parachutistes « a cassé les caméras d’un citoyen étranger sans justification opérationnelle », a fait savoir l’acte d’inculpation.

« Le comportement du lieutenant pendant l’incident est allé à l’encontre de ce qu’il est attendu de la part des commandants et des soldats israéliens », a noté l’armée dans un communiqué.

Le ressortissant italien avait été arrêté par les militaires pour avoir participé à une manifestation violente à Hébron, a continué le communiqué.

Le lieutenant a accepté un arrangement sous les termes duquel il va admettre sa culpabilité en échange d’une peine réduite. Jeudi soir, l’arrangement devait encore être approuvé par la cour militaire, mais cette approbation devrait encore prendre quelques jours.

Extrait d’une séquence vidéo tournée en Cisjordanie, le 25 septembre 2015, montrant un soldat israélien projetant au sol une caméra appartenant à l’AFP (Capture d’écran : YouTube)

En 2015, un groupe de soldats appartenant à la brigade Givati avait agressé deux journalistes de l’agence de presse AFP dans le nord de la Cisjordanie, cassant leur matériel.

L’officier en charge des soldats avait subi une réprimande à l’issue d’une audience disciplinaire mais les militaires avaient décidé de ne pas poursuivre les soldats impliqués.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...