Un ministre du Shas démissionne de la Knesset, son fils le remplace
Rechercher

Un ministre du Shas démissionne de la Knesset, son fils le remplace

Le ministre des Affaires religieuses David Azoulay conservera néanmoins son poste de ministre pendant un traitement médical qui prendra plusieurs semaines

Le ministre des Affaires religieuses David Azoulay au cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 29 octobre 2017. (Ohad Zwigenberberg/POOL)
Le ministre des Affaires religieuses David Azoulay au cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 29 octobre 2017. (Ohad Zwigenberberg/POOL)

Le ministre des Affaires religieuses David Azoulay a démissionné de la Knesset lundi, mais a déclaré qu’il conserverait son poste de ministre. Son fils Yinon Azoulay doit le remplacer dans la faction ultra-orthodoxe Shas du Parlement.

Azoulay a invoqué des raisons médicales pour expliquer sa décision.

« Le ministre a expliqué que sa démission de la Knesset avait pour but d’empêcher que l’activité parlementaire du parti Shas ne soit compromise en raison des longs traitements médicaux qu’il recevra au cours des prochaines semaines », a déclaré le bureau d’Azoulay dans un communiqué.

« Le ministre Azoulay a souligné qu’il continuerait de diriger le ministère des Affaires religieuses, si Dieu le voulait, jusqu’à la fin du mandat », a poursuivi le communiqué.

En vertu de ce que l’on appelle la « loi norvégienne », les ministres peuvent renoncer à leur siège à la Knesset tout en conservant leur poste au gouvernement, et revenir au Parlement s’ils perdent leur poste ministériel – par exemple, si le gouvernement tombe.

Plusieurs membres du parti Shas ont cédé leur place à Yinon Azoulay sur la liste électorale pour lui permettre de prendre le siège de son père.

On s’attendait à ce que ce changement ait lieu en janvier, dans le cadre d’un accord qui l’aurait amené à céder son siège dans le but d’aider la coalition à faire adopter un projet de loi concernant les magasins et les commerces de détail à Shabbat. Il avait été hospitalisé pendant une semaine et son absence avait mis en péril le projet de loi sur les commerces de proximité.

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri assiste à une réunion de la Commission des finances à la Knesset à Jérusalem le 27 février 2018. (Flash90)

Toutefois, Azoulay a finalement déclaré à l’époque qu’il n’était pas nécessaire qu’il démissionne, car il serait sorti de l’hôpital au moment du vote.

Le chef du parti, Aryeh Deri, a réagi à la démission d’Azoulay en le félicitant et en disant que le parti « priait pour qu’il se rétablisse et reprenne son activité ».

« J’ai été triste d’accepter la demande de mon ami, le ministre rabbin David Azoulay, de démissionner de la Knesset en raison de son état de santé », a déclaré Deri, ajoutant qu’il avait obtenu de « nombreuses réussites » dans sa carrière parlementaire, qui a commencé en 1996.

Raoul Wootliff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...