Un mort dans une attaque au couteau près de Paris, l’assaillant abattu
Rechercher

Un mort dans une attaque au couteau près de Paris, l’assaillant abattu

Un homme a été tué, une autre personne se trouve dans un état grave et une troisième a été blessée légèrement

Le 3 janvier 2020, des policiers se trouvent à proximité d'un parc dans la ville de Villejuif, en banlieue parisienne. La police a abattu un homme au couteau qui a tué une personne et en a blessé au moins deux autres. (Crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)
Le 3 janvier 2020, des policiers se trouvent à proximité d'un parc dans la ville de Villejuif, en banlieue parisienne. La police a abattu un homme au couteau qui a tué une personne et en a blessé au moins deux autres. (Crédit : CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Un homme a poignardé vendredi plusieurs personnes dans un parc de Villejuif, près de Paris, faisant au moins un mort et un blessé grave, avant d’être tué par des policiers.

L’attaque, dont les motifs n’ont pas été précisés pour le moment, a eu lieu vers 14H00 (13H00 GMT) dans le parc des Hautes-Bruyères de cette commune située dans la proche banlieue sud de la capitale française.

Un homme a été tué, une autre personne se trouve dans un état grave et une troisième a été blessée légèrement, ont indiqué le parquet de Créteil et une source proche du dossier.

Selon le maire de Villejuif, Franck Le Bohellec, l’homme tué est un habitant de la commune âgé de 56 ans. « Il se promenait avec sa femme lorsque l’agresseur s’est approché, il a voulu protéger sa femme et c’est lui qui a pris ce coup de couteau », a-t-il expliqué à l’AFP.

Selon une source proche du dossier, le blessé grave est un homme et le blessé léger une femme.

L’assaillant a tenté de prendre la fuite avant d’être tué par les policiers dans la commune voisine de l’Haÿ-les-Roses, selon des sources concordantes.

Une photo prise sur place juste après l’attaque et transmise à l’AFP le montre étendu sur le dos à un carrefour, vêtu de ce qui semble être un habit noir de type djellaba.

Il avait « pris la fuite jusqu’au centre commercial de L’Haÿ-les-Roses, où il avait visiblement l’intention de poursuivre ses agressions », a déclaré le maire de l’Haÿ-les-Roses, Vincent Jeanbrun, sur la chaîne BFMTV.

« Heureusement, la police a été rapidement alertée et a pu rapidement se rendre sur place et le neutraliser en l’abattant », a-t-il ajouté.

Menace constante d’attentats

Aucune information n’était donnée dans l’immédiat sur les motifs de cette attaque.

Le secrétaire d’État à l’Intérieur Laurent Nuñez, le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard et le préfet de police de Paris Didier Lallement se sont rapidement rendus sur place.

Cette attaque intervient alors que la France vit sous la menace constante d’attentats et à quelques jours de l’anniversaire des attaques jihadistes contre le journal satirique Charlie Hebdo et une épicerie casher de la chaîne Hyper Cacher, les 7 et 9 janvier 2015.

En 2019, la justice antiterroriste s’est saisie de trois attaques : une agression au couteau, en mars, de deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe (nord-ouest de la France) par un détenu radicalisé, Michaël Chiolo, un attentat au colis piégé devant une boulangerie de Lyon (centre-est) en mai qui a blessé 14 personnes, et une attaque à la préfecture de police de Paris le 3 octobre.

Sur cette dernière attaque, l’enquête n’a pas encore pu déterminer officiellement les motivations de Mickaël Harpon, l’agent soupçonné de radicalisation, qui a tué au couteau quatre de ses collègues avant d’être abattu.

Si l’on inclut ces quatre victimes, la vague d’attentats en France a fait 255 morts depuis début 2015.

Au total, 60 attentats ont été déjoués depuis 2013, dont le dernier fin septembre, selon le ministère de l’Intérieur.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...