Un négationniste récidiviste flamand condamné à 6 mois de prison
Rechercher

Un négationniste récidiviste flamand condamné à 6 mois de prison

Habitué depuis de longues années à ces provocations morbides, Siefried Verbeke a envoyé un DVD négationniste au musée de l'Holocauste de Belgique niant l'extermination des Juifs

Vebeke, le négationniste flamand nie l’utilisation des chambres à gaz d'Auschwitz pour l'extermination des juifs. Ici, l'inscription allemande tristement célèbre : "Le travail rend libre" à la porte principale du camp d'extermination d'Auschwitz I, le 15 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne. (Christopher Furlong/Getty Images via JTA/File)
Vebeke, le négationniste flamand nie l’utilisation des chambres à gaz d'Auschwitz pour l'extermination des juifs. Ici, l'inscription allemande tristement célèbre : "Le travail rend libre" à la porte principale du camp d'extermination d'Auschwitz I, le 15 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne. (Christopher Furlong/Getty Images via JTA/File)

Siefried Verbeke, un sympathisant d’extrême-droite avec de multiples condamnations pour incitation à la haine raciale contre les Juifs et négation du génocide, a été condamné à six mois de prison par le tribunal belge de Malines, rapporte le Forum de coordination du contre-antisémitisme.

Provocateur et antisémite, en recherche permanente du scandale, Verbeke a été condamné pour avoir envoyé un DVD au Musée de l’Holocauste dans lequel il considérait le massacre des juifs à Auschwitz-Birkenau comme « improbable ».

Il avait déjà été poursuivi en 2016 en déclarant dans le journal De Morgen que « les chambres à gaz ont existé, bien sûr, des centaines d’entre elles. Pour désinfecter les vêtements des gens qui passaient par [ses chambres]. Mais les chambres à gaz conçues pour tuer des gens n’ont jamais existé, jamais ».

L’autorité de l’Etat belge pour la lutte contre la discrimination, ICGK, avait alors déclaré qu’elle examinait une éventuelle action en justice contre Verbeke pour cette déclaration et le maire d’Anvers, Bart De Wever, avait exprimé son soutien pour des poursuites judiciaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...