Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Un nouveau plan dévoilé pour ralentir la disparition de la mer Morte – ministère

Si approuvé par Israël et la Jordanie, le projet prévoit de dessaler l'eau de la Méditerranée en utilisant l'hydroélectricité, de vendre de l'eau potable à la Jordanie et d'acheminer la saumure vers la mer Morte

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Des formations salines et dolines à la mer Morte, dans le sud d'Israël, le 2 mai 2023. (Crédit : Mendy Hechtman/Flash90)
Des formations salines et dolines à la mer Morte, dans le sud d'Israël, le 2 mai 2023. (Crédit : Mendy Hechtman/Flash90)

Le ministère de l’Environnement a dévoilé mardi un nouveau plan visant à augmenter le niveau de la mer Morte, à fournir de l’eau dessalée à la Jordanie, qui souffre de sécheresse, et à créer de l’hydroélectricité qui pourrait être utilisée pour alimenter le dessalement à la place des combustibles fossiles.

Le projet de canalisation de l’eau de la mer Méditerranée vers la mer Morte pourrait être opérationnel vers 2045, ont déclaré des fonctionnaires du ministère lors d’une conférence sur le renouvellement de la concession minière industrielle de la mer Morte en 2030 et sur l’avenir à long-terme de la mer Morte.

La conférence s’est tenue sur les pentes de Massada, surplombant la mer Morte, qui est en réalité un lac, dans le sud d’Israël.

Des fonctionnaires du ministère de l’Environnement ont déclaré que l’initiative nécessiterait l’approbation des gouvernements israélien et jordanien, car la rive orientale du lac traverse le royaume. Le ministère a précisé qu’il faudrait trouver un client payant pour l’eau dessalée afin de rendre le projet économiquement viable.

La mer Morte, bordée par Israël, la Jordanie et la Cisjordanie, est la masse d’eau la plus salée du monde et le point le plus bas de la planète.

Aujourd’hui, elle est à peu près deux fois moins grande qu’en 1976 et continue de baisser de 1,1 à 1,2 mètre par an.

Des personnes marchant sur les rives de la mer Morte, dans le sud d’Israël, le 9 novembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

L’eau douce des cours d’eau qui compensait autrefois l’évaporation du lac est depuis longtemps détournée par la Syrie, la Jordanie, les Palestiniens et Israël pour la consommation humaine.

L’eau est également pompée par des usines situées sur les rives israélienne et jordanienne pour extraire la potasse, le brome et le magnésium dans d’immenses bassins d’évaporation. Les usines ne remplacent qu’environ la moitié de l’eau qu’elles prélèvent.

En se retirant, le lac a laissé derrière lui un paysage désertique surmonté d’une couche de roches salines. Lorsque l’eau douce des pluies hivernales descend des montagnes et atteint la plaine précédemment inondée, elle dissout la roche saline souterraine, ouvrant plus de 7 000 gouffres sous la fine croûte.

Il n’existe pratiquement plus d’accès sécurisé au lac. Les hôtels d’Ein Bokek font face à un bassin d’évaporation, et non au lac.

Un homme nageant dans un gouffre rempli d’eau, à la mer Morte, le 19 janvier 2024. (Crédit : Yaniv Nadav/Flash90)

L’idée de transporter de l’eau de la Méditerranée vers la mer Morte a été évoquée depuis les années 1850 et envisagée à de multiples reprises, comme l’indique un document de 2013 de l’Arava Institute for Environmental Studies. Jusqu’à présent, elle a toujours été rejetée pour des raisons économiques ou politiques.

Interrogé sur les raisons de son succès cette fois-ci, Oded Karni, responsable de la politique et de la stratégie environnementales au ministère de l’Environnement, a déclaré au Times of Israel que les tunnels pouvaient être construits aujourd’hui d’une manière qui n’était pas possible par le passé, afin de minimiser les risques pour l’environnement. En outre, des revenus pourraient être générés par une activité qui n’avait pas été envisagée auparavant : l’utilisation d’eau salée pour dissoudre les monticules de sel que Dead Sea Works paie à un organisme extérieur pour racler le fond du bassin d’évaporation principal. Ce processus permet d’éviter que le niveau de l’eau dans le bassin d’évaporation ne monte et n’inonde les hôtels situés sur le littoral. L’idée devrait être examinée plus en détail par des géologues, a ajouté Karni.

Aujourd’hui, les sels sont empilés en énormes monticules sur le rivage de la mer Morte, jusqu’à ce qu’une meilleure solution soit trouvée.

Dissoudre les sels et envoyer le mélange dans la mer Morte pourrait résoudre le problème et rapporter des revenus à l’entreprise qui remportera la prochaine franchise, a déclaré Karni.

Une drague à sel à Dead Sea Works. (Crédit : Dror Sithakol)

Des solutions de rechange rejetées

L’option privilégiée par les fonctionnaires du ministère de l’Environnement, qui ont travaillé avec des consultants sur l’hydrologie, et la rentabilité économique entre autres, serait de puiser l’eau de la Méditerranée dans la baie de Haïfa, au nord d’Israël, et de l’acheminer par la vallée de Jezréel jusqu’à une usine de dessalement située près du pont Sheikh Hussein, a-t-on appris lors de la conférence de mardi.

Située entre Irbid, en Jordanie, et Beit Shean, dans le nord d’Israël, cette usine serait proche des principaux centres de population de la Jordanie.

De là, le sous-produit salé du dessalement s’écoulerait vers le sud jusqu’à l’un des deux points de la mer Morte.

L’acheminement de l’eau de la Méditerranée à Ashdod, sur la côte sud d’Israël, a été rejeté en partie parce que le tracé des tuyaux traverserait d’importantes nappes aquifères. Toute fuite d’eau de mer constituerait un danger pour les nappes phréatiques d’Israël.

Selon les premières estimations, la mise en place des pompes dans la baie de Haïfa, des stations hydroélectriques et de dessalement, des canalisations et la dissolution des sels du bassin d’évaporation de la mer Morte coûteraient entre 10 et 14,5 milliards de shekels.

Cette somme est nettement inférieure aux 10 milliards de dollars qu’a coûté un projet lancé au début du siècle pour pomper l’eau de la mer Rouge, la dessaler et acheminer la saumure vers la mer Morte. La mer Rouge est située à 230 kilomètres de la mer Morte, tandis que la baie de Haïfa se trouve à 147 kilomètres.

Le projet initial de la mer Rouge à la mer Morte aurait consisté à faire passer les conduites d’une usine de dessalement située dans le port d’Aqaba, sur la mer Rouge, à travers le territoire jordanien. Selon les projections d’un projet pilote, seuls 65 millions de m3 d’eau dessalée auraient été acheminés vers la Jordanie chaque année, tandis que 235 millions de m3 de saumure et d’eau de la mer Rouge auraient été dirigés vers la mer Morte.

Le projet Red-Med a été jugé réalisable d’un point de vue technique, mais il a été entravé par des obstacles bureaucratiques et financiers. Il a finalement été enterré par la Jordanie en 2021, après des années de refus d’Israël d’approuver le financement nécessaire.

Une décennie de collecte de fonds ?

Le modèle actuellement à l’étude fournirait 268 millions de m3 d’eau dessalée et 400 millions de m3 de saumure. Ces derniers représentent plus de la moitié des 700 millions de m3 perdus chaque année par la mer Morte en raison de l’évaporation et contribueraient de manière significative à ralentir le déclin du lac, sans toutefois l’arrêter. Cette quantité est le maximum au-delà duquel les scientifiques craignent que du gypse ne se développe à la surface du lac.

Karni et le directeur-général du ministère de l’Environnement, Guy Samet, ont insisté sur le fait que si le gouvernement approuvait la poursuite du projet, il faudrait encore beaucoup de planification, notamment des études plus approfondies sur les implications environnementales, hydrologiques et économiques.

Les travaux de la mer Morte à la mer Morte, dans le sud d’Israël, le 21 mars 2023. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Karni a indiqué que la planification, les questions statutaires et la collecte de fonds prendraient environ 10 ans. La construction commencerait en 2036.

Le public de la conférence a réagi avec scepticisme à ce plan et s’est demandé pourquoi il fallait tant de temps pour lancer un tel projet.

« La mer Morte n’a plus 20 ans à vivre », a déclaré une femme. D’autres ont souligné des aspects que le projet n’avait pas pris en compte, tels que les coûts économiques et sociaux de l’inaction et de la poursuite de l’abaissement de la mer Morte, bien que plus lentement.

Les activités liées à la mer Morte se sont multipliées dans la perspective du renouvellement de la concession minière en 2030, les équipes interministérielles espérant publier l’appel d’offres en 2025.

Le projet « De la Méditerranée à la mer Morte » fait l’objet d’un sous-comité mis en place par le ministère de l’Environnement, qui établit pour la première fois un lien entre la concession et les niveaux d’eau du lac.

La ministre de l’Environnement, Idit Silman, a déclaré qu’un projet de document d’orientation sur l’avenir de la mer Morte serait publié dans les prochains mois.

À court terme, il est important de rendre les rives de la mer Morte accessibles aux visiteurs en toute sécurité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.