Un ouvrier tué dans la chute d’un ascenseur sur un chantier à Ashdod
Rechercher

Un ouvrier tué dans la chute d’un ascenseur sur un chantier à Ashdod

Les secouristes ne sont pas parvenus à réanimer le trentenaire, qui avait subi de nombreuses lésions

Illustration : un chantier dans la ville d'Ashdod, le 22 mars 2013.(Crédit : Moshe Shai/Flash90)
Illustration : un chantier dans la ville d'Ashdod, le 22 mars 2013.(Crédit : Moshe Shai/Flash90)

Un employé du secteur du bâtiment a été tué mardi matin quand l’ascenseur dans lequel il se trouvait a chuté sur un chantier d’Ashdod.

Les secouristes qui sont intervenus ont retrouvé l’homme de 30 ans sans aucun signe de vie et ont prononcé son décès.

Un secouriste de Magen David Adom a déclaré que l’ouvrier avait été coincé dans l’ascenseur et présentait plusieurs lésions. Les secouristes sont parvenus à l’extraire sans pouvoir le réanimer, a-t-il indiqué.

Ce décès porte à 46 le nombre d’ouvriers tués sur des chantiers en 2019.

Deux ouvriers sont morts la semaine dernière dans deux chantiers distincts.

Les décès des ouvriers du bâtiment en Israël sont fréquents, en grande partie à cause de codes de sécurité mal appliqués, selon les critiques.

En juin, les chiffres publiés en vertu des lois sur la liberté d’information ont montré que la police n’a ouvert des enquêtes criminelles que dans 25 % des accidents de travail qui ont entraîné des décès ou des blessures graves parmi les travailleurs entre 2016 et 2018.

Face à l’augmentation du nombre d’accidents sur les chantiers ces dernières années, la police a créé fin 2018 une unité spéciale appelée Peles – sous l’égide de son unité des crimes graves Lahav 433 – qui se consacre aux enquêtes sur les accidents de travail.

Cependant, Haaretz a rapporté en juin que l’unité n’avait ouvert des enquêtes que sur trois des 38 accidents du travail mortels survenus au cours des cinq premiers mois de 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...