Un Palestinien décède en garde à vue dans des circonstances obscures
Rechercher

Un Palestinien décède en garde à vue dans des circonstances obscures

Abdu Yousef al-Khatib al-Tamimi, 43 ans, est mort mercredi après avoir été arrêté pour infraction au code de la route ; sa famille affirme qu'il a peut-être été battu

Abdu Yousef al-Khatib al-Tamimi, 43 ans, décédé dans des circonstances non élucidées lors de sa garde à vue à Jérusalem, le mercredi 21 juillet 2021. (Autorisation)
Abdu Yousef al-Khatib al-Tamimi, 43 ans, décédé dans des circonstances non élucidées lors de sa garde à vue à Jérusalem, le mercredi 21 juillet 2021. (Autorisation)

Un Palestinien de Jérusalem-Est est décédé mercredi dans des circonstances obscures alors qu’il était détenu par la police israélienne. Sa famille affirme qu’il a peut-être été battu pendant sa détention.

Abdu Yousef al-Khatib al-Tamimi, 43 ans, est mort après avoir été détenu par la police pour des infractions au code de la route. Il a été emmené au Complexe russe, un centre de détention situé dans le centre de Jérusalem.

Selon le service pénitentiaire israélien, al-Tamimi a été retrouvé inconscient dans sa cellule trois jours après son arrestation.

Bien que les médecins aient tenté de le ranimer, ils n’y sont pas parvenus et il est mort sur place, a déclaré le service pénitentiaire israélien.

Dans une déclaration, le service pénitentiaire s’est engagé à examiner la mort d’Al-Tamimi « comme tout autre incident de ce type ».

Al-Tamimi était marié et père de quatre enfants, tous résidents du camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem Est. Il s’agissait de sa neuvième arrestation, la plupart pour des infractions similaires au code de la route, a déclaré son avocat Khaldoun Najm.

L’entrée du centre de détention du complexe russe à Jérusalem, le 12 mars. 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Najm a déclaré que la famille pense qu’al-Tamimi a pu être battu, et a exigé une autopsie. La famille nie également qu’al-Tamimi souffrait d’une quelconque maladie chronique qui aurait pu expliquer sa disparition soudaine.

Selon Najm, les proches d’al-Tamimi ont reçu un appel téléphonique de prisonniers du centre de détention les avertissant qu’ils avaient entendu des coups provenant de sa cellule la nuit de sa mort.

« Nous ne savons pas exactement comment il est mort… mais des détenus ont appelé la famille depuis la prison et leur ont dit qu’il était battu et qu’il y avait des cris », a déclaré Najm lors d’un appel téléphonique.

Les membres de la famille ont raconté une histoire similaire dans les médias palestiniens, bien qu’on ne sache pas comment les détenus ont réussi à entrer en contact avec eux depuis l’intérieur de l’établissement.

L’avocat a déclaré que la famille exigeait qu’un médecin palestinien participe à l’autopsie du corps d’al-Tamimi prévue par l’État à l’institut médico-légal Abu Kabir de Tel Aviv.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...