Rechercher

Un « Passe vert » sans 3e dose pour les victimes de graves effets secondaires ?

Une haute-responsable du ministère de la Santé a indiqué qu'une commission chargée des exemptions examinera ces cas, qui seraient rares

Une femme se fait vacciner contre la   COVID-19 dans un centre de la Clalit à Jérusalem, le 3 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Une femme se fait vacciner contre la COVID-19 dans un centre de la Clalit à Jérusalem, le 3 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les Israéliens ayant connu de graves effets secondaires après l’administration des deux premières doses de vaccin contre la COVID-19 pourront obtenir un « Passe vert » sans avoir bénéficié d’une dose de rappel, a déclaré une responsable de la santé mardi.

Sharon Alroy-Preis, la cheffe des services de santé publique au sein du ministère de la Santé, a déclaré lors d’une audience de la commission du Travail, des Affaires sociales et de la Santé que les autorités examinaient la question. Alroy-Preis, qui est apparue par visioconférence à l’audience, a été interrogée par le professeur Hagai Levine, épidémiologiste à l’université hébraïque, qui l’a interpellée au sujet des personnes ayant eu des effets secondaires graves lors de l’administration de la première ou de la deuxième dose.

« Nous sommes en train d’établir une commission qui sera chargée des exemptions dans ces cas précis », a déclaré Alroy Preis. Elle a ajouté que de telles exemptions ne faisaient pas partie actuellement des protocoles concernant l’injection de rappel mais elle a ajouté que « si nous avons le sentiment qu’il est nécessaire d’inclure quelque chose dans les instructions administratives, nous pourrons le faire ».

Moins de 0,5 % des Israéliens ont fait part d’effets secondaires à leur médecin après l’administration de la première et de la deuxième dose. Le ministère de la Santé a rapporté moins d’effets secondaires encore après avoir bénéficié de la troisième dose.

Depuis dimanche, les Israéliens qui ont reçu deux doses de vaccin contre le coronavirus il y a plus de six mois ne sont plus éligibles au « Passe Vert », qui permet d’accéder à de nombreux lieux publics, notamment aux salles de restaurant. Selon les statistiques du ministère de la Santé, plus d’un million d’Israéliens ont perdu leur « Passe vert » avec ce nouveau système.

Mardi matin, 6 150 462 Israéliens avaient reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID. 5 661 428 avaient bénéficié des deux doses et
3 594 416 – près de 39 % de la population – avaient eu une injection de rappel. Les Israéliens ayant guéri du coronavirus au cours des six derniers mois ou ayant reçu une dose avant ou après avoir été testés positifs sont aussi éligibles au Passe vert.

La docteure Sharon Alroy-Preis, cheffe des services de santé publique au ministère de la Santé au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 14 juillet 2021. (Crédit :Noam Revkin Fenton/Flash90)

Lors d’une rencontre du cabinet, mardi matin, le Premier ministre Naftali Bennett a indiqué que la lutte contre le coronavirus, en Israël, enregistrait des succès.

« Dans cette campagne, il semble qu’à ce stade, nous ayons le dessus », a dit Bennett. « Tous les indicateurs nous montrent un déclin graduel de la morbidité ».

Selon les dernières statistiques du ministère de la Santé, le nombre de cas graves, au sein de l’État juif, continue à décliner, avec 505 mardi – c’est le chiffre le plus bas depuis la mi-août. Le taux de positivité a aussi baissé ces dernières semaines. 2,7 % des personnes ayant procédé à un test de dépistage, lundi, ont été déclarées positives contre 5,64 % il y a deux semaines.

Mais Bennett a expliqué que malgré ces chiffres prometteurs, « nous ne pouvons pas faire preuve de complaisance face à ce virus insaisissable ». Il a promis de continuer à encourager l’administration d’une injection de rappel et l’adhésion au Passe vert dans tout le pays.

Une mère dépiste son fils à la COVID-19 grâce à un test antigénique rapide à son domicile de Haniel, dans le centre d’Israël, le 27 septembre 2021. (Crédit : Chen Leopold/Flash90)

Le Premier ministre a annoncé que 30 millions de kits de dépistage rapide allaient arriver en Israël afin de permettre le lancement d’un programme pilote dans les écoles qui vise à prévenir les quarantaines massives lorsqu’un élève s’avère être porteur de la maladie. Le plan prévoit que les élèves ayant côtoyé un camarade de classe positif n’auront pas besoin de se placer en quarantaine s’ils sont testés chaque jour pendant toute une semaine.

Il y a actuellement 37 553 cas actifs de coronavirus au sein de l’État juif et 751 personnes sont hospitalisées. 505 personnes se trouvent dans un état grave et 198 sont actuellement placées sous respirateur. Près de 1,3 million d’Israéliens ont attrapé la COVID-19 depuis l’apparition de la pandémie dans le pays, et 7 843 Israéliens ont succombé à une forme grave de la maladie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...