Ambassade US: un photomontage du mont du Temple « poussé » devant Friedman
Rechercher

Ambassade US: un photomontage du mont du Temple « poussé » devant Friedman

L'ambassadeur a été photographié avec une affiche du mont du Temple, sans le Dôme du rocher ; l'ONG ultra-orthodoxe présente ses excuses pour "un acte politique médiocre"

L'ambassadeur américain en Israël David Friedman aux côtés d'un homme tenant un poster du Temple juif remplaçant le Dôme du rocher musulman sur le mont du Temple de Jérusalem lors d'une visite à l'ONG Achiya de  Bnei Brak, le 22 mai 2018 (Autorisation : Kikar HaShabbat)
L'ambassadeur américain en Israël David Friedman aux côtés d'un homme tenant un poster du Temple juif remplaçant le Dôme du rocher musulman sur le mont du Temple de Jérusalem lors d'une visite à l'ONG Achiya de Bnei Brak, le 22 mai 2018 (Autorisation : Kikar HaShabbat)

L’ambassade américaine à Jérusalem a indiqué mardi qu’une image aérienne retouchée de Jérusalem, dans laquelle le principal temple musulman avait été remplacé par une représentation du Temple juif sur le mont du Temple, avait été « poussée brusquement devant » l’ambassadeur américain David Friedman pour une photographie durant une visite du diplomate dans une ONG.

Friedman était allé visiter le siège, à Bnei Brak, de l’organisation Achiya – une organisation à but non-lucratif ultra-orthodoxe qui oeuvre en faveur de l’émancipation et de l’intégration des enfants ayant des difficultés d’apprentissage et qui est soutenue par l’ambassade américaine – lorsqu’un membre du groupe a tout à coup pousssé devant lui une grande affiche montrant le mont du Temple à Jérusalem, mais avec un temple juif à la place du Dôme musulman du rocher sur les lieux. La mosquée Al-Aqsa se trouvait sur la photo.

« L’ambassadeur Friedman n’a pas réalisé quelle était l’image placée devant lui quand la photo a été prise », a fait savoir l’ambassade américaine à Jérusalem dans un communiqué. « Il a été profondément déçu que quelqu’un puisse profiter de sa visite à Bnei Brak pour créer une controverse. La politique américaine est absolument claire : Nous soutenons le statu-quo à Haram al-Sharif/sur le mont du Temple ».

L’incident a été une première fois signalé par le site ultra-orthodoxe Kikar HaShabat. Il a identifié ceux qui avaient présenté le photomontage comme étant les administrateurs d’Achiya, même si l’ONG a fait savoir par la suite que l’acte n’avait pas été validé par l’organisation.

L’ambassade américaine en Israël, selon les médias en hébreu, a demandé des excuses à Achiya « pour avoir permis à l’un de ses employés de présenter cette image controversée à l’ambassadeur au cours de sa visite ».

Le mont du Temple héberge le Dôme du rocher et la mosquée Al-Aqsa, et il est considéré comme le troisième lieu le plus saint de l’Islam. Il est le site le plus sacré du Judaïsme, vénéré par les Juifs comme l’endroit où se tenaient les temples bibliques.

Dans le cadre de l’arrangement institué par Israël après la capture par l’Etat juif de la Vieille Ville de Jérusalem lors de la guerre de 1967, le site, connu des musulmans sous le nom de Haram al-Sharif, est resté sous la tutelle religieuse de la Jordanie. Les Juifs ont le droit de visiter le complexe mais il leur est interdit d’y prier. Cet endroit sensible s’est trouvé au coeur de plusieurs percées de violences palestiniennes ces dernières années, alors que certains avançaient qu’Israël cherchait à mettre en place des changements au statu quo – des plans que l’Etat juif a toujours démentis.

L’organisation Achiya a ensuite présenté ses excuses « du fond du coeur » pour l’incident, disant que « l’acte politique médiocre » d’un employé avait « pris le pas » sur la tentative de Friedman de mettre en lumière le bon travail réalisé par l’organisation.

« La direction d’Achiya souhaite présenter ses excuses à l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, et à l’ambassade américaine en Israël », a-t-elle dit dans une déclaration. « Un employé de l’organisation Achiya a voulu donner à l’ambassadeur une affiche qui n’avait pas été approuvée par Achiya, l’ambassade ou l’ambassadeur ».

« Nous souhaitons remercier l’ambassadeur David Friedman et le personnel de l’ambassade pour le professionnalisme et la générosité qu’ils ont montré lors de leur visite à Achiya pour mettre en lumière le travail important que nous effectuons pour améliorer les vies », a-t-elle ajouté. « A notre grand regret, un acte politique médiocre a pris le pas sur cet événement. L’employé responsable de cela a été identifié et il a présenté ses excuses et nous traiterons ce problèmes en interne au sein de l’organisation ».

Les fidèles musulmans lors de la prière du vendredi midi près du Dôme du Rocher à la mosquée al-Aqsa sur le mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 22 décembre 2017 (Crédit : Photo AFP / Ahmad Gharabli)

« Nous voulons encore une fois remercier l’ambassadeur et présenter nos excuses du fond du coeur pour ce malencontreux incident ».

Friedman a, la semaine dernière, supervisé la relocalisation de l’ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem.

Dans le passé, Friedman avait tenu des propos qui avaient été rejetés par Washington comme ne reflétant pas la politique officielle.

Au mois de septembre dernier, il avait déclaré au site d’information israélien Walla qu’il « estimait que les implantations font partie d’Israël ». Il avait plus tard déclaré aux journalistes que ces propos ne montraient aucun changement du positionnement des Etats-Unis.

Le mois dernier, Friedman avait cherché à faire adopter le nom israélien pour la Cisjordanie – la Judée-Samarie – dans ses discours et dans ses déclarations officielles mais que l’administration Trump l’a refusé jusqu’à présent. Au mois de décembre dernier, il avait été annoncé que Friedman avait demandé au département d’Etat de cesser de qualifier la Cisjordanie « d’occupée ».

Avant sa confirmation dans un rôle diplomatique, Friedman avait été un partisan fervent des implantations et un chroniqueur pour des publications de la droite israélienne.

Au cours du week-end, Friedman a également estimé que les chrétiens évangéliques « soutiennent Israël avec une plus grande ferveur et dévotion qu’un grand nombre de membres de la communauté juive ».

Dimanche, l’ambassadeur américain a accusé les « médias libéraux » de « glorifier » le Hamas dans leur couverture du transfert de l’ambassade, la semaine dernière, et des émeutes à Gaza dans le but de dénigrer le président américain Donald Trump et il a paru aussi accuser la presse d’avoir du sang sur les mains » pour permettre au groupe terroriste de la bande de Gaza d’occuper les Unes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...