Un policier inculpé après avoir roué de coups un ado d’un avant-poste illégal
Rechercher

Un policier inculpé après avoir roué de coups un ado d’un avant-poste illégal

L'agent a été accusé d'avoir, de manière répétée, frappé ce jeune qui avait tenu des propos insultants lors de l'évacuation par la police d'un avant-poste illégal en Cisjordanie

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Photo d'illustration : La police des frontières emmène un membre des "jeunes des collines" durant l'évacuation d'un avant-poste illégal dans le nord de la Cisjordanie (Crédit: Zman Emet, Kan 11)
Photo d'illustration : La police des frontières emmène un membre des "jeunes des collines" durant l'évacuation d'un avant-poste illégal dans le nord de la Cisjordanie (Crédit: Zman Emet, Kan 11)

Le bureau des enquêtes internes de la police a inculpé lundi un agent qui aurait agressé un jeune habitant d’une implantation avant l’évacuation d’un avant-poste illégal dans le centre de la Cisjordanie.

Shlomi Nachman est accusé d’agression en raison de cet incident qui est survenu au mois de décembre 2017.

Selon l’acte d’inculpation, Nachman était arrivé à l’avant-poste d’Oz Zion, à proximité de l’implantation de Beit El, en compagnie de plusieurs autres agents pour faire appliquer une ordonnance de zone militaire fermée signée par le chef du commandement central de l’armée israélienne.

Lorsque Nachman avait commencé la lecture de l’ordre militaire à deux adolescents assis à l’intérieur d’une habitation de fortune abandonnée sur la colline, les deux garçons avaient commencé à se moquer de lui.

« Dis-le à ta grand-mère » aurait raillé le plaignant, selon l’acte d’inculpation. Il se serait également laissé aller à « des insultes irrespectueuses ».

L’agent qui accompagnait Nachman a filmé l’incident avec une caméra de la police et les adolescents l’ont pour leur part également enregistré sur leurs téléphones portables. L’acte d’inculpation s’est servi de ces deux films ainsi que du témoignage apporté par des personnes présentes.

Après que Nachman a terminé de lire l’ordonnance militaire, il a perdu patience face au plaignant et il a commencé à le frapper. Le policier lui a donné un coup de genou dans le bas-ventre, l’a frappé à l’estomac et projeté sur le sol, le blessant à la tête.

Le policier a brièvement quitté les lieux, revenant peu après et recommençant à frapper l’adolescent.

« Toi, fils de pu… ! Qui es-tu pour parler de ma grand-mère ? », aurait crié Nachman alors que les coups pleuvaient sur l’adolescent, selon l’acte d’inculpation. « Toi, l’homo ! », aurait-il ajouté, un propos présent dans l’enregistrement réalisé par l’un des habitants d’implantation sur son téléphone.

L’accusé n’a cessé de frapper le jeune homme que lorsque celui-ci a été emmené à distance par d’autres agents de police.

Malgré la blessure substantielle à la tête du jeune garçon, le bureau des enquêtes internes de la police n’a pas accusé l’agent d’agression aggravée, l’inculpant pour un chef d’accusation moins sévère.

Répondant à l’inculpation, l’avocat de Nachman a expliqué que son client est « un policier exceptionnel qui opère dans une région difficile durant toutes les heures de la journée pour la sécurité des résidents de la zone ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...