Un possible réseau de financement du terrorisme entre Gaza et Ramallah découvert
Rechercher

Un possible réseau de financement du terrorisme entre Gaza et Ramallah découvert

L'armée affirme que le réseau passait par une agence de délivrance de passeports de l'enclave ; l'argent servirait notamment au financement d'activités terroristes

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

L'armée israélienne arrête un agent du Hamas soupçonné de chapeauter un réseau de transfert de fonds en espèces entre la bande de Gaza et Ramallah, le 16 juillet 2019. (Crédit : armée israélienne)
L'armée israélienne arrête un agent du Hamas soupçonné de chapeauter un réseau de transfert de fonds en espèces entre la bande de Gaza et Ramallah, le 16 juillet 2019. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne a fait savoir mercredi qu’elle avait arrêté des membres du Hamas liés à un réseau de transfert d’argent qui faisait passer des fonds liquides entre la bande de Gaza et la Cisjordanie à des fins terroristes.

Le réseau était opéré par une agence de l’enclave spécialisée dans la délivrance de passeport et nommée « Al-Haramain », précise l’armée.

L’argent était transféré via un système de compensation des dettes entre plusieurs bureaux de change indépendants. Le système impliquait de faibles montants en espèces. Par conséquent, il n’y avait pas d’obligation d’enregistrer ces opérations dans les systèmes bancaires internationaux, d’après l’armée.

Les larges sommes d’argent transférées servaient aux activités terroristes de l’organisation et au paiement des salaires de ses agents.

L’armée rapporte avoir interpelé des membres du Hamas – Mohammad Abu Salim, Ibrahim Muzaffar et Khaled Muzaffar – en Cisjordanie mardi dans le cadre de l’opération visant à mettre fin à ce réseau. Elle n’a pas détaillé le rôle que ces hommes y jouaient.

Les Muzaffar ont tous les deux déjà purgé des peines de prison en Israël pour des crimes d’ordre sécuritaire.

L’armée israélienne indique avoir renforcé « les mesures contre les entreprises civiles coopérant avec des organisations terroristes dans la région et la bande de Gaza ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...