Un présentateur dit qu’il « tirerait » sur les journalistes s’il était Netanyahu
Rechercher

Un présentateur dit qu’il « tirerait » sur les journalistes s’il était Netanyahu

Yinon Magal fait l'objet de critiques cinglantes ; la police indique qu'elle donnera l'enregistrement à la justice ; l'intéressé affirme qu'il s'agit de remarques "satiriques"

Une photo non datée de l'ancien éditeur de Walla Yinon Magal en studio. (Moshe Shai/Flash90)
Une photo non datée de l'ancien éditeur de Walla Yinon Magal en studio. (Moshe Shai/Flash90)

L’ancien rédacteur en chef de Walla, ex-député, Yinon Magal, a déclaré lundi lors d’une émission de radio qu’il tirerait sur les journalistes qui le critiquent s’il était le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les déclarations de l’animateur radio ont immédiatement suscité l’ire après que ses commentaires explicites ont été relayés.

« Si j’étais [le Premier ministre Benjamin Netanyahu], il y a longtemps, j’aurais sorti une mitraillette et tiré – je ne veux pas dire sur tous, pas vous, mais le reste d’entre vous – des brrrrrr, des rafales de balles, comme Rocky, comme Rambo, avec la ceinture de munitions qui descend », a déclaré Magal à Ben Caspit sur Radio103, imitant le son des tirs automatiques.

« Tous les journalistes qui, depuis des années, chaque vendredi, le crucifient, brrrrrrrrrrr, des balles ! Des grenades ! 21, 23, 23, Boom ! », a poursuivi celui qui a brièvement siégé à la Knesset pour le parti religieux nationaliste HaBayit HaYehudi avant de le quitter en raison d’allégations de harcèlement sexuel.

Les enquêteurs de la police ont annoncé leur intention de remettre l’enregistrement au bureau du procureur de l’État pour une éventuelle enquête sur ses propos.

Après avoir été vivement critiqué, Magal a affirmé que les commentaires étaient « satiriques ».

Le Conseil de presse israélien a publié une déclaration condamnant les propos de Magal.

« Nous espérons qu’au cours d’une crise gouvernementale, économique et sanitaire sans précédent, et dans une période dangereuse de tensions croissantes et de division sociale, au cours de laquelle une étincelle pourrait se transformer en une conflagration mortelle, nous ne verrons plus de spectacles comme celui-ci, même pas en tant que ‘satire' », a réagi le conseil.

Radio103 a répondu à ce contrecoup dans un communiqué, en déclarant : « La station considère avec sévérité toute incitation à nuire aux journalistes et à leur liberté d’expression et de pleine activité. »

La station a qualifié les commentaires de Magal de tentative de satire infructueuse.

Elle conclut en soulignant que les commentaires de l’animateur, et d’autres similaires, « n’ont pas leur place sur notre antenne ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...