Un projectile tiré depuis Gaza échoue à franchir la frontière
Rechercher

Un projectile tiré depuis Gaza échoue à franchir la frontière

Les sirènes d'alerte ont été activées dans le kibboutz Kerem Shalom, quelques jours après le tir de deux roquettes vers Israël qui avait entraîné des frappes

Un missile israélien lancé par le système de défense Dôme de fer, conçu pour intercepter et détruire des roquettes de courte portée et des obus de mortier, au dessus de Gaza City, le 12 novembre 2019. (Crédit : BASHAR TALEB / AFP)
Un missile israélien lancé par le système de défense Dôme de fer, conçu pour intercepter et détruire des roquettes de courte portée et des obus de mortier, au dessus de Gaza City, le 12 novembre 2019. (Crédit : BASHAR TALEB / AFP)

Les sirènes d’alerte à la roquette ont résonné dans le sud d’Israël, aux premières heures de la journée de mardi, pour la seconde fois en moins d’une semaine alors qu’un projectile tiré en direction d’Israël a échoué à franchir la frontière.

L’alarme a été activée dans le kibboutz Kerem Shalom, aux abords du sud de la bande de Gaza et de la frontière israélo-égyptienne, peu après minuit.

L’armée israélienne a expliqué qu’un « projectile a été identifié depuis Gaza, qui n’est pas parvenu à atteindre le territoire israélien ».

Il est difficile de dire pour le moment s’il s’agissait d’une roquette ou d’un obus de mortier.

Mardi matin, les groupes terroristes, au sein de l’enclave côtière, devraient se livrer à un exercice militaire conjoint qui réunira toutes les organisations armées sur le territoire. Cet entraînement, qui se déroulera sous la direction des groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique, sera le tout premier en son genre, a noté Ynet.

Des tirs de roquette vers la mer Méditerranée devraient avoir lieu à cette occasion. L’exercice devrait durer une demi-journée, a expliqué le reportage.

Vendredi soir, les terroristes de la bande avaient tiré deux roquettes vers le territoire israélien qui avaient été abattues par le système de défense antiaérien du Dôme de fer. Les sirènes d’alerte avaient été activées dans les communautés du nord de l’enclave côtière et notamment à Ashkelon, Zikim et Netiv Haasara.

Quelques heures plus tard, dans la matinée de samedi, l’armée israélienne avait attaqué le Hamas à Gaza en riposte à ces tirs.

De la fumée et des flammes suite à une frappe aérienne israélienne à Gaza City, après le lancement par les terroristes de roquettes en Israël, le 26 décembre 2020. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Les avions israéliens avaient bombardé plusieurs cibles liées au groupe terroriste et notamment un site de fabrication de roquettes, des infrastructures souterraines et un poste militaire, avait fait savoir l’armée.

Dans un communiqué émis, samedi, par le Hamas, ce dernier avait accusé Israël de frappes « barbares » ayant endommagé, selon le mouvement terroriste islamiste, un centre hospitalier pour enfants et un centre de rééducation. Une information catégoriquement démentie par Tsahal, qui avait expliqué que l’explosion de munitions du Hamas pouvait être à l’origine des dégâts.

Le mois dernier, deux roquettes tirées depuis la bande étaient retombées dans des champs, le long de la côte – l’une d’entre elles à proximité de la ville d’Ashdod et l’autre près de Palmachim Beach, au sud de Tel Aviv. Elles n’avaient entraîné ni blessé, ni dommage significatif.

Les soldats en charge du système de défense antiaérienne du Dôme de fer avaient tenté d’abattre la roquette lancée en direction de Palmachim Beach, tirant au moins deux missiles intercepteurs vers le projectile, une tentative qui s’était soldée par un échec. Les fragments d’un missile intercepteur étaient retombés sur la ville voisine de Bat Yam, entraînant des dégâts mineurs.

Ce tir de roquette, survenu le mois dernier, avait eu lieu quelques jours après le premier anniversaire du meurtre de Baha Abu al-Ata, commandant du Jihad palestinien.

Israël a affronté les groupes terroristes de la bande de Gaza dans trois guerres depuis la prise de pouvoir du Hamas en 2007. Il y a eu également des dizaines d’échanges de feu moins importants entre les deux parties.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...