Un sans-abri en procès depuis trois ans pour tentative de vol
Rechercher

Un sans-abri en procès depuis trois ans pour tentative de vol

Avraham Yisrael, 74 ans, dit n'avoir voulu que quelques shekels pour aller au cinéma ; il aurait tenté de prendre davantage en ouvrant une caisse enregistreuse, pour la police

Avraham Yisrael (Capture d'écran via la Douzième chaîne)
Avraham Yisrael (Capture d'écran via la Douzième chaîne)

Un sans-abri de Tel Aviv est en procès depuis trois ans pour avoir tenté de voler quatre shekels à un vendeur, selon un reportage diffusé cette semaine à la télévision.

Avraham Yisrael, 74 ans, a été accusé et condamné pour une tentative de vol survenue au mois d’août 2017 au centre commercial Dizengoff. Il est dans l’attente de sa peine.

Yisrael a indiqué à la Douzième chaîne qu’il avait cherché à voler quelques shekels afin de s’acheter un billet lui permettant d’aller au cinéma pour échapper à la chaleur estivale. Il avait échoué à rassembler la somme nécessaire auprès des passants.

La police a contesté ce récit, disant qu’Yisrael avait tenté d’ouvrir la caisse enregistreuse avec un bâton en métal pour dérober l’importante somme d’argent qui se trouvait à l’intérieur. D’autres objets qui auraient été volés avaient été retrouvés en sa possession, ont affirmé les forces de l’ordre.

Des commerçants du centre Dizengoff à Tel Aviv, le 13 mars 2020. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Yisrael a déclaré à la chaîne qu’il se réfugiait toutes les semaines dans ce cinéma.

« J’y allais le mardi, lorsque le billet était au rabais. Je le faisais avant tout pour l’air conditionné mais aussi pour être avec des gens », a-t-il raconté. « Une fois, j’ai mendié et je n’ai pas réussi à obtenir dix shekels. Il y avait un étal de légumes et dessus, il y avait une caisse enregistreuse. Alors j’ai essayé de prendre quatre shekels et là, le vendeur est arrivé et il a appelé la sécurité ».

Yisrael est en mauvaise santé et il est devenu sans-abri après une attaque, note le reportage, qui indique également que les autorités lui ont récemment trouvé une alternative de logement social. Il a accepté d’être interrogé par la Douzième chaîne en espérant que sa famille, dont il s’est éloigné, verrait l’émission et voudrait reprendre des liens.

La procédure judiciaire traîne depuis trois ans et Yisrael a dû assister à de multiples audiences.

« Qu’on me jette donc en prison, je m’en fiche dorénavant. Au moins, j’aurais un endroit pour dormir et de quoi manger », a-t-il dit la chaîne.

L’un des avocats commis d’office supervisant le dossier l’a qualifié de « scandaleux ».

« Au lieu de gaspiller l’argent public pour des heures d’audiences judiciaires et en avocats commis d’office, pourquoi ne pas utiliser cet argent pour s’occuper des personnes dans sa situation ? C’est incompréhensible qu’un homme de son âge, qui plus est malade, soit traîné devant un tribunal depuis presque quatre ans pour quelque chose comme ça », a déploré Avishag Cohen.

La police, pour sa part, a déclaré à la Douzième chaîne que « la tentative de dépeindre l’accusé comme une victime… est infondée dans la réalité. Dans ce cas précis, l’accusé a tenté d’utiliser une tige en métal pour ouvrir une caisse enregistreuse contenant une quantité d’argent significative et, en plus, il a aussi été accusé d’avoir sur lui des objets qui avaient été volés ».

« Au vu du passé de l’accusé et de son comportement illégal répété, à la fin de son interrogatoire, les procureurs ont pris la décision de l’inculper. Les juges l’ont aussi reconnu coupable, ils ont décidé de le condamner et seuls les magistrats sont autorisés à décider de sa condamnation et de la peine appropriée. Toute initiative visant à influencer cette peine par le biais des médias sera à la fois déplacée et inopportune », a dit la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...