Un scientifique raciste et antisémite de la Northwestern university se suicide
Rechercher

Un scientifique raciste et antisémite de la Northwestern university se suicide

Bart van Alphen, un étudiant postdoctoral, a récemment nié être un suprémaciste blanc et s'est excusé pour “la détresse, la peur et la colère” que ses commentaires ont provoquées

University Hall de la Northwestern University, qui a répondu à une plainte contre Bart van Alphen pour appel à la haine en conseillant à l'étudiant de « tendre la main à Hillel », l'organisation juive du campus. (Wikimedia Commons via JTA)
University Hall de la Northwestern University, qui a répondu à une plainte contre Bart van Alphen pour appel à la haine en conseillant à l'étudiant de « tendre la main à Hillel », l'organisation juive du campus. (Wikimedia Commons via JTA)

JTA – Un neuroscientifique de la Northwestern University (Illinois) qui a provoqué un scandale en publiant une série de messages racistes, misogynes et antisémites sur les réseaux sociaux, est mort d’un suicide.

Bart van Alphen, un étudiant postdoctoral qui faisait des recherches sur le sommeil, semble avoir utilisé plusieurs comptes sur les réseaux sociaux sous le nom @The_Dr_Caveman qui dénigraient les femmes, faisaient écho aux insultes d’extrême-droite et a plusieurs fois appelé à la mort et à la déportation de manifestants, d’immigrants non-blancs et de politiciens dont il ne partageait pas les opinions.

Mardi, le bureau du médecin légiste du comté de Cook a classé sa mort comme un suicide, selon le Daily Northwestern, qui n’a fourni aucun détail supplémentaire.

Van Alphen détenait également un compte sur un réseau social sous son propre nom, qui était apparemment dépourvu de contenu explicitement raciste. Ce compte Twitter a été supprimé. Il en va de même pour le compte Twitter @The_Dr_Caveman, bien qu’un compte sous le nom @Dr_Caveman sur la plateforme de réseau social Gab, populaire auprès de l’extrême droite, reste actif et est parsemé d’insultes et de menaces racistes. La biographie de ce compte s’affiche comme « Neuroscientifiques pour Trump ! »

Les comptes racistes de Van Alphen sur les réseaux sociaux ont été révélés pour la première fois en octobre, selon la Chronicle of Higher Education. La Northwestern était au courant des posts de van Alphen, mais ne semble pas avoir pris de mesures contre lui. Un compte Twitter appelé @BartVanCaveman s’est consacré à documenter les liens entre van Alphen et ses messages racistes.

Plusieurs étudiants de la Northwestern ont déclaré aux médias et publié sur les réseaux sociaux que leurs plaintes contre van Alphen étaient restées sans réponse de la part de l’administration de l’université. Dans un tweet de décembre, un étudiant en doctorat a écrit qu’on lui avait dit que le discours de haine n’était « pas crédible » et que pour un soutien supplémentaire, il devrait « contacter Hillel », l’organisation juive du campus.

Bart van Alphen. (Twitter)

Dans les mois qui ont suivi les plaintes, van Alphen a continué à travailler avec des étudiants, selon la Chronicle.

La JTA a contacté l’université et n’a reçu aucune réponse. Le propriétaire du compte @BartVanCaveman a déclaré à la JTA qu’il ne voulait pas faire de commentaire à la lumière de la mort de van Alphen. Un porte-parole de l’université a déclaré à la Chronicle que les messages de van Alphen étaient « racistes, offensants et inappropriés, et vont à l’encontre des valeurs de l’université », mais que l’école ne pouvait pas « faire taire quelqu’un sur la seule base d’opinions odieuses ».

Van Alphen a admis être propriétaire des comptes racistes peu de temps avant sa mort. Dans un e-mail envoyé cette semaine et obtenu par la Chronicle, il a écrit que l’activité sur les réseaux sociaux faisait « partie d’une sous-culture qui trafique dans un humour sombre et cynique ». Il a affirmé qu’il n’était « ni un nazi ni un raciste » et « se rendre compte que ces mots semblent creux à la lumière des événements récents ». Van Alphen a également affirmé qu’il n’était ni violent ni extrémiste.

« Je m’excuse profondément pour la détresse, la peur et la colère qu’ils ont provoquées », a-t-il écrit à propos de ses messages.

Ce courrier électronique faisait suite à des années d’activités racistes en ligne. Le compte de Van Alphen sur Gab présente une multitude de messages sectaires écrits entre 2016 et 2019. En voici le plus récent, publié il y a plus d’un an : « HBO’s Watchmen is just as pozzed you’d expect given its (((writer))). Whitey bad, whitey racist. N***o good, n***o noble. » [Le gardien de HBO est aussi effrayé que vous vous y attendiez compte tenu de son (((auteur))). Blanc mauvais, Blanc raciste. N*gre bon, n*gre noble.]

Les triples parenthèses, également connues sous le nom de echo symbol, sont utilisées par les militants d’extrême-droite pour identifier les Juifs en ligne. Dans les tweets documentés par @BartVanCaveman, van Alphen a fait référence à de jeunes militants d’extrême droite en utilisant le terme « Génération Zyklon », une référence au gaz que les nazis ont utilisé pour assassiner les Juifs pendant l’Holocauste.

Plusieurs autres posts ciblent les immigrants latinos. En voici un de mars 2017 : « Juan by Juan, le seul moyen de tous les expulser ». En octobre 2018, il a partagé un article qui disait : « Gardez les familles intactes. Déportez ensemble toutes les familles du tiers monde. » Il a également utilisé des variantes du mot « negro » et d’autres termes racistes pour désigner les Noirs.

Le 10 janvier 2017, l’assassin de masse norvégien Anders Behring Breivik fait un salut néonazi, alors que les juges examinent un appel du gouvernement contre la décision juridique qui juge sa détention en isolement inhumaine et en violation des droits de l’homme, le 10 janvier 2017. (Lise Aaserud / NTB Scanpix via AP)

À d’autres occasions, van Alphen a appelé à la mort d’opposants politiques. Dans une série d’articles sur les élections de 2017 aux Pays-Bas, il a écrit à propos d’un parti musulman : « Ils devraient être fusillés pour trahison. » Dans un autre article documenté par @BartVanCaveman, van Alphen a écrit : « donnons à Breivik une arme à feu et à Merkel une longueur d’avance de cinq minutes. » Le tweet fait référence à Anders Breivik, qui a commis une fusillade de masse en 2011 en Suède, et à Angela Merkel, la chancelière allemande.

Concernant les manifestants de gauche, il a écrit : « La prochaine fois, tirez sur les ponchos à vue. » Il a également tweeté un appel à « guillotiner chaque membre du » syndicat des enseignants de Chicago.

Outre les publications sur les réseaux sociaux, un auteur anonyme dont la biographie est liée au compte Twitter @The_Dr_Caveman de van Alphen a écrit une série de messages pour un site appelé Return of Kings, qui publie du contenu misogyne et anti-féministe. Les articles jettent le doute sur les allégations de viol et portent des titres tels que « Cette expérience accidentelle montre la supériorité du patriarcat ». Les messages remontent à 2014.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...